Accueil Opinions Éditos

Coronavirus: Un moment de vie sans vie… pour sauver des vies

Et si c’était cela aussi le défi de ces quelques semaines : ne pas se laisser mettre à terre, utiliser le temps libéré pour penser à soi, à ses liens avec les autres, à mesurer la chance d’être vivant et à réfléchir.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Le premier jour sans école, sans café, sans restaurant, sans grands-parents. Le premier jour où nous devons éviter les autres pour leur montrer qu’on les aime.

Un moment de vie sans vie, pour sauver des vies : c’est si étrange. Angoissant aussi ce soudain face-à-face forcé avec nous-mêmes et nos tout proches, avec le silence et le vide aussi.

Des magasins fermés, des saluts à distance, des bureaux désertés, des mails qui tombent en pluie et font autant de blancs dans l’agenda. Supprimé, annulé, reporté : on en a rêvé de cette urgence qui décapiterait cette fichue pression, les livres qu’il faut avoir lus, les films qu’il faut avoir vus, être à l’heure au boulot, à la sortie de l’école, passer voir maman et tante Irène, et les courses, tu as fait les courses ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Florence Marlière, dimanche 15 mars 2020, 11:31

    Un grand merci de nous avoir offert le sermon que nous n'avons pas pu avoir à l'église ce dimanche.

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 14 mars 2020, 20:14

    Désorganisation totale.

  • Posté par De Ronde Michel, samedi 14 mars 2020, 17:30

    "Pourquoi ne pas répéter l’exercice « après » pour les urgences auxquelles nous serons reconfrontés : climat, alimentation, accidents de voiture ?". Et pourquoi pas ne pas répéter l'exercice pour la vraie urgence de la lutte contre la grippe saisonnière qui fait 4.000 décès chaque année en Belgique ?

  • Posté par Jean-Marie Werts, samedi 14 mars 2020, 15:30

    Et moi je me pose beaucoup de questions sur ce virus venant au départ de Chine où ils en sont presque débarrassé, la vie économique va reprendre en Chine et quand cela va démarrer ils vont mettre le turbo au détriment de tous les autres pays infectés jusqu'à quand. J'ai ma petite idée sur la propagation de ce virus mais je vous la laisse à votre réflexion. Et après chez nous en Europe qui va payer la facture. La BCE ne sait plus faire grand-chose, ils n'ont plus de cartouches, quand à la Belgique pays fracturé avec une kyrielle de ministres et de parlementaires qui eux toucheront toujours leurs plantureuses indemnités. Ce pays est une honte, on passe pour des imbéciles à l'étranger. J'espère que tous les malades actuels et futurs en sortiront. Merci à tout le corps médical qui fait un travail admirable eux au moins ils servent leur pays.

  • Posté par stals jean, samedi 14 mars 2020, 14:54

    Qui va profiter à fond la caisse de cette "pandémie" de d'une grippe d'un nouveau genre? Quand on sait que les petit commerces ceux de l'horéca y compris sont fermés mais que des hypers marchés restent ouvert, et seront "bondés" alors que 50% de leurs chiffres d'affaires ne vient pas de l'alimentation, quel concurrence déloyale pour les autres. Une librairie de quartier fermée, mais la librairie du Cora du Delhaize ou du Carrefour elle peut fonctionner à plein régime...quelle injustice...Les consça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait et nous sommes dirigés par une bande de vrai cons...Loin de moi de penser que ce nouveau virus ne doit pas être combattu par les autorités et les populations. Mais comme toujours, les comportements les plus intelligents sont bien souvent les plus inexistants...

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs