Coronavirus: pour Pieter De Crem, les fêtes de vendredi soir «étaient inappropriées et imprudentes»

Le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a, lui aussi, réagi négativement aux rassemblements de vendredi soir. Beaucoup de citoyens se sont rendus dans des cafés, bars et discothèques avant leur fermeture au moins trois semaines, ce qui a provoqué le courroux, samedi matin, des autorités. «C’était inapproprié et imprudent. Exactement ce que nous voulions éviter», a déclaré le ministre dans le journal de la VRT.

Les porte-paroles interfédéraux et le Centre de crise ont condamné, samedi matin, les rassemblements qui ont eu lieu vendredi soir. «Beaucoup de monde dans un espace restreint, c’est exactement ce dont nous ne voulons pas. Cela aura un impact négatif sur l’évolution de l’épidémie», ont-ils martelé. «Nous insistons sur le fait que ces événements doivent cesser.»

Pieter De Crem leur a emboîté le pas. «J’appelle ceux qui se sont rendus dans les discothèques et les bars à veiller à se tenir à distance des autres et à bien se laver les mains. Les mesures générales d’hygiène sont la meilleure condition préalable pour empêcher la transmission du virus.»

Le ministre a cependant indiqué que les établissement horeca ont, de manière générale, bien suivi l’ordre de fermeture à minuit. Quelques incidents ont tout de même eu lieu à Arlon et Nivelles, et la police a dû procéder à cinq arrestations administratives à Ostende. «Mais tout s’est rapidement résolu», selon M. De Crem. «On peut parler d’un grand esprit de citoyenneté et d’une bonne action policière.»

Le ministre avertit toutefois que les forces de police surveilleront de très près le respect des mesures jusqu’au 3 avril. «Le non-respect peut entraîner des amendes mais aussi la fermeture de l’établissement, même aux moments où il est autorisé à rouvrir. Il n’y aura pas de souplesse: nous devons prendre ces mesures dans le cadre de la santé publique».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous