Coronavirus: les sportifs de haut niveau pourront continuer à s’entraîner à certaines conditions

Dominique Duchesnes
Dominique Duchesnes

Le feu vert est tombé dans la soirée de vendredi. Le gouvernement fédéral, qui, par arrêté officiel, avait initialement fait fermer tous les établissements à vocation sportive du pays, a répondu favorablement à la demande de dérogation de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) de laisser ses 177 sportifs de haut niveau sous statut (et eux seuls) continuer à s’entraîner dans quatre centres Adeps bien spécifiques : Auderghem, Liège, Louvain-la-Neuve et Mons.

« Notre demande n’a pas posé de problèmes », indique Pierre-Yves Jeholet (MR), le ministre-président de la FWB, dont le chef de cabinet a pris part à la réunion de coordination avec l’Intérieur. « Une circulaire est en cours de rédaction et sera diffusée ce lundi. »

La réflexion qui a incité la FWB et sa ministre du Sport, Valérie Glatigny (MR), à solliciter cette « exception sportive » en cette période de lutte contre le coronavirus est que pour ces athlètes, l’activité physique est une profession et non pas un dérivatif récréatif. Ne pas leur donner la possibilité de continuer à s’entraîner risquait de leur être particulièrement préjudiciable, notamment pour leur préparation en vue des Jeux de Tokyo, toujours prévus du 24 juillet au 9 août.

« La dérogation sera assortie de règles très strictes », dit encore Pierre-Yves Jeholet. « Nous insistons sur le périmètre à respecter et sur le fait que seuls les athlètes et leur entraîneur seront admis dans les quatre centres. Pas question qu’il y ait de gros rassemblements. »

L’Adeps devrait déterminer pour lundi quelles disciplines seront affectées à quel centre. Leurs responsables devront veiller à ce que l’hygiène y soit respectée. Un contrôle de la température sera effectué à l’entrée et on insistera sur le lavage des mains. Les appareils utilisés, notamment dans le cadre des entraînements de musculation, seront désinfectés après chaque session.

Des consignes de distanciation sociale seront également appliquées. Pas question, donc, pour les judokas, boxeurs ou taekwondoïstes d’effectuer des combats ou pour les basketteurs de disputer des matchs, voire des exercices de un-contre-un.

Dérogation, oui, non-respect des règles élémentaires pour éviter la propagation du coronavirus, non.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous