Accueil Société

Les personnes migrantes plus fragilisées face au coronavirus

Qu’ils soient dehors, sans accès aux soins de santé de première ligne ou dans des structures d’accueil, les migrants sur notre territoire sont plus vulnérables face au coronavirus.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Alors que les Belges se demandent s’ils doivent sortir de chez eux ou non, d’autres non pas le choix d’être dehors. Médecins du Monde Belgique, particulièrement actif dans l’accès aux soins de santé pour les sans-papiers et les migrants en transit, tire la sonnette d’alarme. Pour son directeur de projets « les mesures actuelles et les recommandations prodiguées ne tiennent pas compte de ces groupes de personnes : près de 80 % des personnes que voit Médecins du Monde sont sans-abri ou vivent dans des conditions insalubres ». Une affirmation qui va dans le sens de l’épidémiologiste Benoit Kabamba, « les migrants en transit sont plus exposées puisqu’ils sont majoritairement sans abri. Dès lors les règles d’hygiène de base et de préventions sont difficilement applicables ». Et d’ajouter : « De par leur environnement insalubre, ces personnes ne sont généralement pas en bonne santé, ce qui les rend encore plus fragiles face au coronavirus. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs