Coronavirus : Paul Magnette (PS) refuse de monter dans un gouvernement d’urgence avec la N-VA

Paul Magnette
Paul Magnette - Belga

Le PS a tranché: non, il ne montera pas dans un gouvernement fédéral d’urgence avec la N-VA. «Ce n’est pas le moment de changer les ministres. Ce qu’il faut, c’est une union nationale, une collaboration renforcée entre le fédéral et les régions.»

Paul Magnette a été clair: non, son parti ne montera pas dans un gouvernement avec la N-VA, comme il en était question ce week-end. «Mais nous soutiendrons le gouvernement en affaires courantes de l’extérieur.» Paul Magnette a aussi eu des mots très durs envers la N-VA, accusée d’avoir voulu «changer de Première ministre en pleine crise», d’avoir voulu «monnayer une réforme de l’Etat en pleine crise sanitaire» et de «vouloir refuser de soutenir le gouvernement en affaires courantes.»

De son côté, le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet a indiqué que son groupe soutiendrait lui aussi le gouvernement en affaires courantes. «Je l’ai dit dès hier et je suis content que Paul Magnette se range lui aussi à cette option.

A nouveau l’impasse

Quant au ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), il a rejeté résolument, dimanche, la piste d’un soutien au gouvernement démissionnaire depuis le parlement par les six partis qui étaient autour de la table de négociations samedi soir, à savoir les partis socialistes et libéraux, la N-VA et le CD&V. «Nous avons besoin d’un gouvernement de pleine compétence, limité en nombre, dans le cadre d’une mission et d’une composition limitées... Nous sommes le plus grand parti du pays. De quel droit les francophones nous mettent-ils de ukases», a-t-il affirmé dimanche dans le cadre de l’émission «De Zevende dag» (Eén-VRT).

M. Jambon a précisé qu’après l’appel lancé par le président de la N-VA samedi midi à former un gouvernement d’urgence pour un an, une discussions sérieuse a eu lieu samedi soir entre six partis: PS et MR côté francophones, N-VA, CD&V, Open Vld, et sp.a, côté néerlandophone.

«Nous avons parlé hier, on va poursuivre aujourd’hui et nous espérons atterrir», a-t-il dit.

Jan Jambon a accusé les francophones de rejeter la main tendue du plus grand parti du pays et de se livrer à «de petits jeux».

Sur le même sujet
GouvernementPaul MagnettePS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous