Leo Sidran nous offre son art de tout faire sans avoir l’air d’y toucher: l’écoute intégrale

The-Art-Of-Conversation
Musiques
Critique
 
« L’Afrique est victime de tellement de crimes, chante Mdou Moctar, si nous restons silencieux, ce sera notre fin. » De g. à dr. : Souleymane Ibrahim (percussions), Michael Coltun (basse), Mahamadou « Mdou Moctar » Souleymane, Ahmoudou Madassane (guitare).
couve sonbs of kemet
En dix jours, Arno et Sofiane ont enregistré une vingtaine de titres.
71TPwOYBSZL._SL1200_
815dOgDOTOL._SL1464_
Le Mexicain Pablo Ortiz vit en Belgique : « Quand je regarde le ciel gris par la fenêtre, je me demande parfois pourquoi. »
Rover est unique dans le paysage musical français actuel...
51t1YFjbUoS._SL1200_
Pour « Nuit d’hôtel », l’un des morceaux les plus « romantiques » du nouvel album, les trois de L’Or Du Commun (de g. à dr. : Swing, Primero, Loxley) se sont inspirés de leur expérience du monde d’avant : comment entretenir des relations amoureuses quand on est constamment en tournée...
71hj175+DrL._SL1200_
vkingur-lafsson-reflections
«Dans le groupe, on sera trois filles. Ce n’est pas pour exclure les hommes mais juste pour mettre les femmes en avant.»
Nathalie, Nicolas et Tineke.
Queen-of-Fire-cover-art-1
couve storione
van morrison
Le choix de la rédaction
  1. Vladimir Poutine avant la finale de la Coupe du monde de football, le 15 juillet 2018 à Moscou: une apothéose pour le chef du Kremlin, à l’issue d’un tournoi rondement mené.

    Euro 2020: le football, «soft power» de Poutine pour redorer l’image de la Russie

  2. Johnny Hallyday à Bercy en 2003.

    Johnny Hallyday, les secrets de fabrication d’une sacrée carrière posthume

  3. Jaco Van Dormael, dans son jardin ucclois. Trente ans ont passé, depuis «Toto le héros».

    Les Racines élémentaires de Jaco Van Dormael: «En Allemagne, j’étais der Franzose. En Belgique, je suis devenu le boche»

La chronique
  • La chronique Carta Academica: au moment où un tribunal nord-américain rend justice à George Floyd, en Belgique…

    Aux États-Unis, on semble vouloir faire la lumière sur les affaires de violences policières, particulièrement si elles entraînent la mort d’une personne. En Belgique, il n’est pas sûr que ce soit le cas. En tout cas, à Gand, le 16 mars dernier, on a bel et bien mis le couvercle sur une affaire qui aurait dû connaître un procès public.

    L’histoire, telle qu’elle est racontée ci-dessous est sans doute incomplète, peut-être bien biaisée, mais c’est celle qui ressort d’une décision de justice. Elle se passe à Roeselaere, en mai 2018. Monsieur Bangoura, d’origine guinéenne, se fait condamner à être expulsé de chez lui. Il ne s’est pas défendu au procès à ce propos. Le jour dit, un huissier chargé de l’expulsion, escorté de deux policiers, se présente au logis. Ils trouvent porte de bois et finissent par forcer l’entrée. Un chien hurle, menaçant, l’homme est allongé sur un divan. Moïse Lamine Bangoura crie,...

    Lire la suite

  • De la fragilité de l’ordre du monde

    J’étais dans la voiture, à Bruxelles. Je reçois un coup de fil du Président qui me dit : “Tu es prêt à entendre quelque chose d’énorme ? Je crois qu’on doit se retirer de l’Otan ce matin.” Le coup de fil s’est coupé inopinément et cela m’a donné quelques minutes pour réfléchir. J’ai tenté sans succès de joindre le général Mattis – le secrétaire d’Etat US à la Défense – et sur le moment, j’ai pensé que peut-être il avait déserté, que c’était trop pour lui. »

    Ce moment inouï...

    Lire la suite