Accueil Culture

«Carrément», «Du coup» : les tics de langage, inutiles et indispensables

Qu’ils soient involontaires ou non, ils ponctuent le discours. Certains s’offusquent de leur récurrence, mais leur fonction est bien utile, notamment comme marqueurs sociaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Ils font grimacer les uns, agacés par leur récurrence abusive, tandis que d’autres les emploient à tout va, parfois sans même sans rendre compte. C’est le principe du tic, convulsif et involontaire, que la répétition rend parfois ridicule. Dans le cas du langage, merveilleuse mine identitaire riche de sens et de symboles, on peut aussi se les approprier volontairement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Pierre Rahier, jeudi 3 mars 2016, 15:17

    Extrait de l'article : "...parfois sans même SANS rendre compte." Ça, ce n'est pas un tic, c'est une faute grossière !!!

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs