Stib et TEC maintiennent leur offre ce mardi

Stib et TEC maintiennent leur offre ce mardi

Métros déserts, bus désertés, trains dépeuplés… les transports en commun de notre pays ont connu une journée « sans » ce lundi. Ecoliers et étudiants manquaient à l’appel, de même que de nombreux travailleurs restés chez eux à la demande de leur employeur.

Malgré cela, ni la Stib bruxelloise ni le TEC wallon ne changeront leur fusil d’épaule ce mardi. La première maintiendra l’offre normale actuelle « aussi longtemps que possible afin d’éviter qu’il y ait trop de monde dans les véhicules ». La société wallonne indique quant à elle garder « l’offre scolaire pour le moment ».

La Stib a cependant appris lundi qu’un de ses chauffeurs de bus avait été testé positif au Covid-19. Il est hospitalisé dans un état stable depuis le 14 mars, mais sa dernière prestation remonte au 7 mars, indique la porte-parole de la société à nos confrères de la « Libre Belgique ». Selon elle, « Il n’y a pas lieu de s’alarmer ».

Tant à la Stib qu’au TEC, des mesures ont été prises pour préserver les conducteurs et éviter tout risque de contamination – plus de vente de ticket à bord, montée par l’arrière, zone-tampon pour isoler les chauffeurs des passagers.

Reste que la situation fait l’objet d’une évaluation permanente et des adaptations des horaires pourraient être décidées, notamment suite à un trop grand absentéisme au sein du personnel. Par ailleurs, si un confinement généralisé devait être décidé, les circonstances imposeront sans doute une révision de l’offre.

La SNCB avait quant à elle déjà réduit l’offre de trains lundi matin en supprimant 90 trains de pointe le matin (47) et le soir (43) dans et vers Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous