Coronavirus - Le secteur chimique maintient sa production mais se prépare à un éventuel shutdown

Les priorités du secteur chimique sont claires: santé et sécurité du personnel et maintien de la production.

Il ressort d'un tour de table que dans la majorité des entreprises les visiteurs extérieurs sont interdits, les réunions sont tenues en vidéoconférence, les surfaces des espaces communs sont régulièrement désinfectées, les heures d'ouverture des mess ont été élargies pour répartir les présences, il n'y a aucun contact entre les équipes lors des changements de shifts et certaines entreprises ont aussi instauré des prises de température.

Dans quelques sociétés, notamment chez Lanxess, on se prépare comme on peut à un éventuel arrêt de la production dans certains services en raison d'un manque de personnel ou de matières premières. "Mais une mise à l'arrêt totale n'est pas évidente", explique Gert Verreth. "Cela peut prendre plusieurs jours et il s'agit d'une procédure complexe. De plus, certaines entreprises fabriquent des matières premières nécessaires à d'autres entreprises. Si un maillon s'arrête, cela a un impact sur toute la chaîne."

Essenscia souligne que le maintien de la production dans les secteurs chimiques et pharmaceutiques relève d'une importance capitale pour la société. "Ce sont des piliers de l'économie belge, qui sont d'une importance cruciale pour l'approvisionnement d'autres secteurs, notamment les producteurs de médicaments, de matériaux hygiéniques, de purificateurs d'eau...", rappelle M. Verreth. "Les entreprises chimiques et pharmaceutiques sont bien préparées à tous les scénarios possibles, mais font leur maximum pour éviter un shutdown", conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous