Coronavirus - La dérogation aux temps de conduite et de repos prolongée jusqu'au 31 mars

Cette décision doit permettre d'éviter toute interruption potentielle de l'approvisionnement et "une escalade de panique" au sein de la population dans le contexte d'épidémie de coronavirus, ajoute le ministre. La dérogation prévoit l'extension du temps de conduite hebdomadaire de 56 à 60 heures, l'augmentation du temps de conduite bihebdomadaire de 90 à 96 heures, ainsi que la possibilité de reporter le repos hebdomadaire.

La dérogation s'applique uniquement aux temps de conduite et de repos des conducteurs impliqués dans l'ensemble de la chaîne logistique concernant les produits essentiels et les médicaments.

"La mesure de tolérance temporaire reflète les circonstances exceptionnelles", souligne François Bellot. "Ni la sécurité du conducteur ni la sécurité routière ne peuvent être compromises." Le ministre rappelle que les chauffeurs ne sont pas censés prendre la route lorsqu'ils sont fatigués et que les employeurs restent responsables pour la sécurité de leurs employés ainsi que des autres utilisateurs de la route.

La précédente dérogation devait prendre fin ce mercredi. Les représentants des transporteurs belges plaidaient pour sa prolongation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous