Coronavirus - Un impact de plusieurs millions d'euros sur les compagnies de bus

La Fédération a consulté quelque 320 compagnies. Trois quarts de la flotte, 8.200 véhicules environ, ne roulent pas alors qu'une proportion sans doute plus grande encore de collaborateurs ne travaille pas. "Le transport en autocar est à l'arrêt, le transport d'écoliers est presque interrompu et les activités du TEC ou De Lijn sont de plus en plus réduites", précise le porte-parole.

Le secteur des bus demande énormément d'investissements. Un nouveau véhicule coûte entre 250.000 et 450.000 euros. Les espaces de nettoyage, de parking, de bureaux sont également onéreux, souligne le porte-parole qui précise que dans un contexte de crise n'offrant plus de rentrées, la situation risque d'être encore plus difficile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous