Coronavirus: les dentistes vont aussi consulter par téléphone

Durant l’épidémie, les dentistes doivent soigner avec des masques FFP2. Une denrée rarissime qu’ils doivent maintenant préservée.
Durant l’épidémie, les dentistes doivent soigner avec des masques FFP2. Une denrée rarissime qu’ils doivent maintenant préservée. - Dominique Duchesnes

La télémedecine devient une réalité pour les dentistes également. Depuis ce mercredi en effet, de nouvelles recommandations ont été établies par la Chambre Syndicale Dentaire et la Société de Médecine Dentaire (SMD) qui exhortent tous les dentistes à cesser « immédiatement » les soins dans leur cabinet et cela afin de limiter la propagation du Covid-19. « Nous avions déjà appelé à reporter les soins non-urgents, explique Michel Devriese, past président de la SMD. Mais dans la pratique, on s’est rendu compte que certains continuaient à travailler presque normalement. Or, si les professionnels disposent d’un stock de masques chirurgicaux important, ils n’ont que très peu de masques FFP2 qui sont réellement efficaces contre la maladie. Les dentistes sont une profession très à risques parce que la tête des praticiens est forcément à proximité de la bouche des patients. »

Des prescriptions possibles

Les associations professionnelles enfoncent donc le clou : les soins non-urgents doivent s’arrêter tout de suite et les patients ne doivent plus se présenter automatiquement aux cabinets. « Les dentistes, comme les médecins, vont rester à la disposition des patients par téléphone, explique Michel Devriese. Ils établiront un diagnostic et pourront également délivrer un traitement médicamenteux comme dans le cas par exemple d’un abcès. Ils jugeront de l’urgence d’une prise en charge du patient. Dans ce cas, ils pourront le prendre en charge au cabinet avec toutes les précautions d’hygiène et de protection d’usage. S’ils ne disposent plus des protections suffisantes, ils pourront envoyer le patient vers un confrère équipé. »

Une sorte de garde des dentistes va être mise de manière à assurer un service continu mais les modalités doivent encore être définies plus précisément. L’idée est de préserver le stock de masques FFP2 et de les distribuer entre les professionnels pour les réelles urgences. « Ce rôle de tri est essentiel afin de répondre à un maximum de situations d’urgence. Les services hospitaliers et/ou universitaires ne peuvent être sollicités, devant réserver leurs ressources et énergie aux situations médicales vitales. »

Sur le même sujet
Patient
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous