Accueil Opinions Chroniques

Coronavirus: politiques, où étiez-vous quand nous souffrions?

Tweets cyniques, commentaires déplacés, accusations en tous genres – lâcheté, mensonge – : l’extrême gravité de la situation sanitaire belge n’a pas réussi à souder le monde politique, bien au contraire.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

Où étiez-vous quand nous souffrions ?

Derrière votre smartphone à déverser votre cynisme et vos mauvaises blagues ?

Plongé dans votre dictionnaire à chercher les synonymes d’« illégitime » et de « dictature » ?

Ou dans une réunion de parti pour argumenter contre la participation à un gouvernement d’urgence ?

En train de faire un selfie sans distance sociale ou le « V » de la victoire ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

42 Commentaires

  • Posté par Staquet Jean-marie, jeudi 19 mars 2020, 19:16

    B. Delvaux: "Visa pour la Flandre: Pour un flirt avec toi…" (4/03) "Et si on mettait le cap sur Broadway?" (22/02)... etc. Etc., repassez donc l'historique des éditos futiles, guimauve et toujours empreints de certitude de "bon sens" (lisez: "égo hypertrophié", "certitude d'être au-dessus de la moyenne" voire "keyboard warrior" en bon français)... Et puis posez-vous la question: "où était Béatrice Delvaux, la déesse du bon sens"?

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 20 mars 2020, 8:59

    Jean-Marie, dans le cas présent, le "nous" ne prétendait pas exprimer ma pensée ni/ou celle de quiconque. Il faisait simplement la constatation que nous, les lecteurs des commentaires, connaissons votre opinion sur Mme Delvaux. Vous remarquerez que je ne me suis pas permis d'émettre un doute sur l'existence de votre pensée.

  • Posté par Staquet Jean-marie, vendredi 20 mars 2020, 8:49

    Ecrivez vos message à la première personne ("je"), au lieu de "nous" (vous ne parlez au nom de personne) pour écrire les votre pensée à vous, s'il y en a une... bye bye

  • Posté par Petitjean Marie-rose, vendredi 20 mars 2020, 5:55

    Jean-Marie, je crois que tout le monde vous a compris et nous savons maintenant en quelle piètre estime vous tenez Mme Delvaux. Bis (ter, quater, etc...) placent sed varietas delectat. Peut-être pourriez-vous maintenant dévoiler une autre facette de votre pensée ?

  • Posté par Monsieur Alain, jeudi 19 mars 2020, 14:27

    Madame Delvaux, poursuivez, demandez des comptes, prenez position. "Le Soir" nous a promis qu'il ne nous laisserait pas tomber et c'est bien là que je vous attends. Indignez-vous, en notre nom à toutes et tous.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Peut-on parler calmement des institutions?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : la « désinstitutionnalisation » telle que l’entend l’article 19 de la Convention onusienne relative aux droits des personnes handicapées est-elle applicable et souhaitable en toute circonstance ?

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs