Coronavirus: Brussels Airlines rapatrie 9.500 Belges en provenance de 14 pays

Coronavirus: Brussels Airlines rapatrie 9.500 Belges en provenance de 14 pays
BELGAIMAGE

La compagnie aérienne Brussels Airlines va rapatrier 9.500 Belges en provenance de 14 pays sur 56 vols, indique-t-elle jeudi matin.

Si Brussels Airlines suspend ses activités à partir de samedi, elle continue à exploiter une petite partie de son offre de vols jeudi et vendredi pour rapatrier des Belges. Cinquante-six vols sont d’ores et déjà prévus notamment depuis la Gambie, le Maroc, l’Espagne et le Portugal.

En parallèle, la compagnie continuera à maintenir une capacité minimale, dans les jours à venir, pour rapatrier les Belges qui se trouvent actuellement à l’étranger, et ce en étroite collaboration avec le ministère belge des Affaires étrangères», précise Brussels Airlines dans un communiqué. Un accord entre le gouvernement et l’entreprise «qui convient aux deux parties» a en effet été conclu en ce sens, explique son patron Dieter Vranckx, interrogé sur l’aspect financier de cette mesure.

«Mais il arrivera un moment, dans le courant de la semaine prochaine, où l’on devra arrêter ces vols de rapatriement», prévient-il. «La suspension des vols décidée vise en effet à maximiser la réduction des coûts pour l’entreprise», précise l’administrateur délégué de Brussels Airlines. Maintenir un vol ou deux par jour n’aiderait dès lors pas dans ce but, ajoute-t-il.

Tous les Belges qui se retrouvent à l’étranger et qui désirent revenir au plat pays doivent s’inscrire sur le site travellersonline.diplomatie.be.

Par ailleurs, Brussels Airport doit faire face à ce retour de Belges depuis l’étranger, ce qui peut occasionner des files pour récupérer ses bagages ou à la douane, lors de la vérification du passeport.

Respecter les mesures de distance

L’application des règles d’1,5 m de distance entre chaque individu allonge encore ces files, souligne Nathalie Pierard, porte-parole de l’aéroport. «Notre personnel œuvre continuellement au respect des mesures de distance mais ce n’est pas toujours évident. Les passagers se recollent à chaque fois. C’est un travail permanent», explique-t-elle.

La formation de files n’est pas étonnante selon elle car il suffit que «trois ou quatre vols venant de pays hors de l’espace Schengen atterrissent en même temps» pour que, déjà en temps normal, une file se crée. Avec les mesures de distanciation sociale, les files ne font que s’allonger. Nonante-et-une arrivées étaient prévues jeudi à Brussels Airport.

Nathalie Pierard signale également que l’aéroport ne fait pas face à un taux d’absentéisme de son personnel qui l’empêcherait de mener à bien ses missions. Moins de travailleurs se déplacent mais seuls 30% des vols prévus ont été maintenus jeudi. «Nous avons le personnel suffisant pour réaliser nos opérations en toute sécurité», assure-t-elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous