La flamme olympique en route vers Tokyo après une petite cérémonie à Athènes (vidéo)

AFP
AFP

En raison de la crise du coronavirus, la cérémonie s’est faite sans public, dans le stade Panathinaikon d’Athènes, lieu des premiers jeux de l’ère moderne en 1896. « Nous espérons que la flamme olympique tuera le virus », a déclaré le président du Comité olympique grec, Spyros Kapralos.

La flamme, posée dans une urne spéciale, est à présent acheminée par charter vers Tokyo où elle doit arriver vendredi.

Seuls quelques membres du Comité Olympique grec étaient présents. Le champion olympique de gymnastique Lefteris Petrounias a couru avec la flamme dans le stade de marbre où sa compatriote Katerina Stefanidi, championne olympique de saut à la perche, a allumé un chaudron, conformément à la tradition.

La flamme a été ensuite solennellement transmise à Tokyo 2020, à Naoko Imoto, nageuse aux Jeux d’Atlanta en 1996 et représentante de l’UNICEF. Les organisateurs japonais ont fait appel à elle à la dernière minute car elle vit en Grèce.

La nouvelle présidente grecque Katerina Sakellaropoulou a déclaré, dans un communiqué que les valeurs olympiques d’« entente, de bienveillance et de fraternité (…) sont les armes à utiliser » contre la pandémie.

Yoshiro Mori, le président du comité d’organisation de Tokyo (LOC), n’était pas à Athènes et s’est exprimé par message vidéo, regrettant « que les célébrations prévues à Athènes n’aient pas pu avoir lieu normalement, mais Tokyo sera prête et le 24 juillet la flamme allumera Tokyo », a-t-il assuré. Les JO de Tokyo sont pour l’heure toujours programmés du 24 juillet au 9 août dans la capitale japonaise, mais la menace d’un report subsiste et de nombreuses voix le réclament.

Le relais de la flamme, prévu sur quatre mois au Japon, reste au programme, mais les organisateurs ont annulé la plupart des célébrations, et enjoint les gens au bord de la route à rester loin les uns des autres, les conseillant surtout de suivre la flamme sur vidéo en livestream. Dans le cas contraire, le parcours pourrait être arrêté comme ce fut le cas en Grèce où les relais ont été arrêtés à partir de Sparte vu le nombre trop important de spectateurs sur son passage.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous