Coronavirus: le Parlement octroie des pouvoirs spéciaux au gouvernement Vervoort

Coronavirus: le Parlement octroie des pouvoirs spéciaux au gouvernement Vervoort

Séance exceptionnelle au Parlement bruxellois. Par son ordre du jour, l’octroi de pouvoirs spéciaux au gouvernement Vervoort. Par son déroulement : des chefs de groupe éparpillés dans l’hémicycle, des députés répartis dans d’autres salles. Mais, surtout, par sa tonalité.

Tous les intervenants ont exprimé leur solidarité envers toutes les professions mobilisées sur le terrain, en premier lieu le personnel médical. Ensuite, à l’exception du PTB, d’Agora et du Belang, tous les groupes ont octroyé des pouvoirs spéciaux à l’exécutif régional. Cosignant et votant le texte rédigé par les services du Parlement et proposé par Rachid Madrane et Guy Vanhengel. Non sans émotion et solennité, les parlementaires cédant, dans les faits, leurs pouvoirs au gouvernement.

« Nous vous donnons les clés du Parlement »

« En voyant la ville au ralenti, j’ai d’abord pensé : quelle triste journée. Puis, en réfléchissant, je me suis dit qu’elle marquait aussi le triomphe de la démocratie, a entamé Alexia Bertrand, cheffe de groupe MR. Aujourd’hui, nous vous remettons nos pouvoirs de parlementaires, dans un cadre juridique balisé, nous vous faisons confiance. » Cieltje Van Achter soutient également le texte : « nous vous confions les clés du Parlement », a souligné la cheffe de groupe N-VA, en formulant toutefois quelques balises – adopter des mesures, ne pas augmenter les impôts, faire preuve de transparence. « Ce n’est pas un blanc-seing donné au Parlement. Nous nous mettons en pause, vu l’urgence, a insisté Céline Fremault (CDH). On vous délègue un pouvoir immense, en pleine confiance. Notre contrôle ne sera pas nul mais, soyons clairs et honnêtes, il sera restreint car la situation d’urgence l’exige. Nous posons un geste exceptionnel d’élu, j’en suis très émue. »

« Cette confiance on vous l’accorde vu les circonstances exceptionnelles : il y a des vies à sauver, des personnes à relever. Mais il y aura des bornes : c’est pour une période limitée, des actes circonscrits, et ce sera vérifié par le Parlement », a résumé John Pitseys, chef de groupe Ecolo. Emmanuel De Bock a justifié les pouvoirs spéciaux par la lutte contre cet ennemi invisible, « par le devoir des élus de protéger la vie des citoyens ». Ridouane Chahid, son homologue socialiste, a cité Churchill, pour exhorter au courage, à l’action et à l’espoir : « Nous irons jusqu’au bout, nous nous battrons dans les hôpitaux et les maisons de repos et de soins, (...) nous défendrons notre ville et ses citoyens, quel qu’en soit le coût (...) nous ne nous rendrons jamais. » « On ne part pas en congé, on est à votre disposition, si on peut aider, dites-nous », a insisté Fouad Ahidar, chef de groupe one.brussels.

« Pas de dessein caché »

Dans son intervention, Rudi Vervoort a souligné que l’action du gouvernement se porte sur les urgences sanitaires mais aussi sociales et économiques. « Notre demande de pouvoirs spéciaux est encadrée. Il n’y a pas de dessein caché. » Au passage, le ministre-président bruxellois a appelé à la nécessité de l’union entre groupes politiques, mais aussi entre entités fédérées. « L’heure n’est pas à la course à l’échalote entre les niveaux de pouvoir. » Mais, a-t-il glissé, une mobilisation pour Bruxelles, poumon économique du pays, pourrait être bienvenue.

Les pouvoirs spéciaux ont été octroyés tant au gouvernement régional qu’aux collèges de la Cocom et de la Cocof. Ils doivent permettre, d’une part, de prendre des mesures urgentes pour lutter contre le coronavirus (sanitaires, sociales, économiques,...) et, d’autre part, de pallier l’impossibilité de se réunir des assemblées, en confiant à l’exécutif les pouvoirs législatifs. Pour trois mois, renouvelables une fois.

Sur le même sujet
Personnel médical
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous