Pénurie de masques: «La Région bruxelloise recherche couturiers bénévoles pour lutter contre le coronavirus»

Pénurie de masques: «La Région bruxelloise recherche couturiers bénévoles pour lutter contre le coronavirus»

Face à la pénurie de matériel médical, et notamment de masques de protection, la Région bruxelloise lance une contre-offensive locale… et participative. On vous explique.

La Région soutient un projet porté par l’entreprise de travail adaptée Travie et plusieurs partenaires (Ecores, MAD, l’Institut Jeanne Toussaint, Dutra, Urbike et Be Connected – pour tous les citer). Travie s’occupera de la prédécoupe des tissus et matériaux ; puis les kits seront livrés par l’entreprise Urbike à un réseau de bénévoles de la Région Bruxelles-Capitale qui assureront la couture chez eux.

Voilà « une approche de production décentralisée », comme l’explique Magali Ronsmans, porte-parole d’Ecores. « Une structure agile qui permettra de respecter les mesures sanitaires prises par le gouvernement et de démultiplier le nombre de personnes pouvant produire des masques pour contribuer à la lutte contre la pandémie du virus Covid-19, et pallier les ruptures de stocks de masques à l’échelle internationale. »

Avis aux couturiers amateurs ! On recherche des petites mains pour produire ces masques. Les conditions : ne pas être malade, vivre en Région bruxelloise et disposer d’une machine à coudre avec les compétences de base pour s’en servir. L’inscription se fait uniquement par téléphone. Objectif affiché : produire au moins 100.000 masques !

Un signal fort pour l’après

« On le sait, nous manquons cruellement de masques. Dans les hôpitaux et pour tout le personnel dit de première ligne bien entendu, mais également pour toutes celles et ceux qui sont exposés du fait de devoir rester en contact avec d’autres personnes dans le cadre de leur travail ou qui sont malades. Les masques qui seront produits ici serviront en priorité dans les maisons de repos, le secteur du sans-abrisme et les services d’aide et de soins à domicile pour protéger les personnes asymptomatiques et réduire la transmission », explique le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo). L’initiative doit permettre de libérer le matériel le plus pointu pour les services qui les requièrent.

« En soutenant cette initiative, nous répondons aux besoins en termes de masques, mais nous envoyons également un premier signal fort au niveau de la relance économique qu’il s’agira de mettre en place dès que la crise sera terminée », abonde la Secrétaire d’Etat Barbara Trachte. « En effet, produire localement pour des besoins locaux est non seulement indispensable pour l’environnement et l’économie, mais c’est aussi vital en cas de crise. »

Les masques produits par Travie et les bénévoles seront soumis à un contrôle de qualité avant d’être mis à disposition du gouvernement bruxellois, qui assurera la distribution auprès des institutions de soin. Les masques seront nettoyables et réutilisables.

Si vous souhaitez devenir bénévole, prenez contact uniquement par téléphone, du lundi au samedi, de 8 h 30 à 21 h : 02/519.22.85 (FR) et 02/519.22.86 (NL).

 
 
À la Une du Soir.be
  • Le Sheraton Parco de Medici, à Rome.
    Lena

    Italie: bienvenue à l’hôtel coronavirus!

  • rod-long-ml2f5o0nlh8-unsplash
    Consommation

    Fêtes de fin d’année: comment bien choisir le jouet de son enfant?

  • 0108_1917-3
    Cinéma

    Cinéma: les 20 meilleurs films de 2020

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous