Coronavirus: dans certains cas, les banques prêtes à accorder des reports de crédits hypothécaires

Coronavirus: dans certains cas, les banques prêtes à accorder des reports de crédits hypothécaires

Les banques sont prêtes à accorder gratuitement à leurs clients, en difficulté financière à cause du coronavirus, un report sans frais du remboursement de leur crédit hypothécaire, indique jeudi la fédération du secteur financier Febelfin.

« Les banques examineront pour chacun la meilleure solution, individuellement », explique Febelfin. « Dans certains cas, il pourra s’agir d’un report du paiement du capital du crédit hypothécaire. Les banques sont dans ces dossiers disposées à prévoir de tels reports et n’imputeront pas de frais pour ce faire.

Febelfin conseille aux personnes en difficultés financières de discuter avec leur banquier. « N’attendez pas que ces problèmes prennent un tour trop grave. En anticipant, vous pouvez éviter le pire. Votre banquier examinera les possibilités avec vous »

La plupart des banques travaillent actuellement sur rendez-vous en semaine le matin. Febelfin conseille de contacter le bureau par téléphone ou chat.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Coronalert partage le même code source que sa consœur allemande.

    La Belgique dégaine l’appli Coronalert, le sésame de son déconfinement

  2. Une nouvelle tuile pour l’horeca bruxellois.

    Coronavirus: les chiffres s’envolent, de nouvelles restrictions annoncées

  3. USA-ELECTION_BATTLEGROUND-POLL

    Bienvenue à Trumpville et Biden City: reportages dans les pas des partisans des candidats à la présidentielle

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 67: la petite

    Pendant le confinement, il s’est passé un truc incroyable.

    La petite a demandé si elle pouvait rentrer à la maison.

    On l’appelle la petite mais elle aura trente ans en novembre. Au début de la crise, elle a tout perdu. Son boulot : elle avait deux mi-temps, un dans l’horeca (aïe), un dans la culture (aïe aïe). Et son appartement : une coloc’ sous les toits, à Bruxelles, avec deux copines. Dès que les températures ont commencé à grimper et que toute la ville a fermé, elles se sont éparpillées chacune chez des gens qui avaient de l’espace, un balcon ou – le Graal – un jardin et elles ont rendu les clés de leur mansarde.

    La petite, au début, est retournée cohabiter un moment avec son ex (relire la chronique La vie en pause du 1er mai 2020, « Jour 41 : la coloc »). Pas l’idée du siècle. En gros, ça s’est terminé sur un « Je fais mes affaires, je me casse, si j’avais pas été là, t’aurais bouffé des Aiki Noodles depuis un mois devant Les Experts Miami parce que tu sais...

    Lire la suite

  • Trump ou l’art de distiller le doute jusqu’à la nausée

    Il y a une inconnue évidente qui flotte au dessus du scrutin du 3 novembre aux Etats-Unis: le vainqueur. Qui, de Joe Biden – donné pour le moment favori – ou de Donald Trump, remportera l’élection? A l’heure ou les deux candidats affutent leur verbe en prévision de leur premier duel télévisé ce mardi, ce devraient être la campagne, les batailles d’idées, les débats à venir qui nous galvanise.

    Mais le fait est qu’aujourd’hui, davantage que la course, que le résultat lui-même, c’est l’après élection qui nous fait trembler.

    Car qu’il gagne ou qu’il perde, une certitude se...

    Lire la suite