Coronavirus - Le secteur du fret aérien demande d'urgence des mesures de soutien temporaires

En raison de la suspension de presque tous les vols passagers depuis et vers Brussels Airport, la capacité de transport de fret à Brussels Airport a baissé de 60 à 70%. En temps normal, ces appareils emmènent en effet du cargo en plus des bagages des voyageurs.

La capacité perdue est pourtant nécessaire pour la continuité de l'économie belge, déplore Air Cargo Belgium. Il s'agit notamment du transport de biens "cruciaux" comme les produits pharmaceutiques, les équipements de protection ou les pièces détachées, liste l'organisation. Si ces produits peuvent provisoirement être emmenés par des avions tout cargo, une capacité supplémentaire est cependant nécessaire, de même que davantage de flexibilité, pour satisfaire les besoins actuels, insiste-t-elle.

Il faut ainsi éviter que les vols de fret ne soient contraints à atterrir à l'étranger et que les marchandises qu'ils contiennent ne doivent transiter par d'autres aéroports ou par la route, avec d'éventuels problèmes aux passages des frontières, avant d'arriver en Belgique. La chaîne d'approvisionnement doit être la plus courte possible, insiste Air Cargo Belgium.

L'organisation demande dès lors la mise en place de plusieurs mesures provisoires pour une période de trente jours, avec entrée en vigueur immédiate. Elle plaide notamment pour qu'il n'y ait plus de créneaux aéroportuaires limitant les vols de fret, la fin du refus de vols en raison des normes de bruit et des restrictions durant le week-end et l'absence de mesures de quarantaine pour les pilotes des avions transportant du cargo.

Ces mesures sont nécessaires pour pouvoir utiliser toutes les capacités nécessaires, 24 heures sur 24 et sans restrictions, conclut Air Cargo Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous