Coronavirus: un hôtel bruxellois pour confiner les migrants à la rue

Coronavirus: un hôtel bruxellois pour confiner les migrants à la rue
Olivier Polet.

C’est un casse-tête depuis l’annonce des mesures de confinement strictes face au coronavirus : comment prendre en charge toutes les populations migrantes vivant hors cadre ? Un accord a été trouvé pour que la Région finance la prise en charge de 120 places dans un hôtel bruxellois afin d’offrir un lieu d’hébergement 24 heures sur 24 aux personnes en rue encore sans solution. Et ce, dès vendredi soir.

Bruxelles « accueille » couramment plusieurs centaines de migrants en transit, cherchant pour la plupart à rejoindre l’Angleterre. Des dispositifs d’hébergement de nuit existent tant en famille que dans des locaux collectifs, le plus important, la porte d’Ulysse, comptant chaque soir jusqu’à 350 personnes. S’ajoutent les personnes ayant la capitale comme point de base mais campant près des parkings où elles tentent de monter dans des camions. Le lockdown a obligé associations et autorités à repenser complètement l’offre d’accueil, ce qui n’a pas été facilité par deux effets des mesures de distanciation sociale : la fermeture (sans base légale) du guichet d’asile, qui a renvoyé vers la rue des personnes qui auraient dû intégrer le réseau d’accueil fédéral, et le durcissement des contrôles dans les parcs après les scènes de rassemblement de mercredi.

Jeudi, les migrants du parc Maximilien ont été évacués manu militari avec pour consigne de rejoindre le hub humanitaire, un centre de services médicaux et associatifs, et la porte d’Ulysse. Problème : aucune des deux organisations n’était préparée à un tel afflux. « On s’est retrouvé dans une situation un peu chaotique », raconte le coordinateur du hub, David Leclercq. « Jusqu’à 200 personnes se sont retrouvées là alors qu’on est justement en train d’organiser le lieu pour la distanciation sociale. Elles cherchaient un endroit où s’asseoir. Mais avec les personnes qui viennent pour des consultations médicales, les malades chroniques, on ne peut plus offrir ce service. »

La porte d’Ulysse accueille désormais 24 h/24

Après quelques rapides ajustements, la porte d’Ulysse s’est convertie, dès ce vendredi, en centre d’hébergement 24 heures sur 24. Avec des règles strictes afin de dissuader les bénéficiaires de quitter les lieux. « On a expliqué qu’ils s’engageaient pour une période de 7 jours et que s’ils partaient, ils perdraient leur place », explique Mehdi Kassou, le porte-parole de la Plateforme citoyenne, qui gère le lieu. « En fait, ça a été accueilli par un gros “ouf” de soulagement. Les gens craignaient d’être encore baladés. » Le dispositif a été réduit à 325 places en raison des mesures de distanciation, qui ont obligé à réorganiser les lieux. Une partie des migrants restants ont été pris en charge par des familles ou des petits centres collectifs à Bruxelles et en Wallonie, gérés par des bénévoles, d’autres ont bénéficié du dispositif classique pour sans-abri. « Mais on avait encore une soixantaine de personnes bloquées sur le parking en face, sans solution. »

D’où l’hôtel. L’établissement dispose de 120 places, dont 100 disponibles, qui seront financées par la Région. La Plateforme gérera l’orientation des personnes, tandis que MSF participera à l’encadrement sanitaire médical. Migrants en transit mais aussi sans-abri laissés sans solution pourront être accueillis dès vendredi soir.

« La nécessité d’augmenter la capacité d’accueil de ce public est d’autant plus aiguë que l’orientation des personnes demandeuses d’asile vers les centres Fedasil chargés de leur prise en charge est à l’arrêt depuis ce mardi », commente le cabinet du ministre-président Vervoort. Des discussions ont cours avec le fédéral pour trouver une solution afin de reprendre une partie des enregistrements, prioritairement les personnes vulnérables (familles, personnes âgées ou malades), ce qui laisserait les hommes seuls sur le carreau.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous