Accueil Coronavirus: témoignages de la première vague

Philippe Geluck: «Il faut que la tempête du coronavirus se calme dans nos têtes!»

Philippe Geluck et son équipe préparaient depuis un an et demi l’exposition des vingt bronzes du Chat sur les Champs-Elysées de Paris lorsqu’est tombée l’annonce de l’annulation de l’événement. « Mais rien de tout cela n’est grave », rassure le maître du Chat...

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 3 min

Boudin, Michel-Ange, Picasso, Soulages, Botero… Philippe Geluck est un artiste boulimique du crayon, du feutre, du ciseau, du pinceau. Auteur de bande dessinée, peintre, sculpteur, acteur, humoriste, il menait quatre vies de concert jusqu’à ce que le temps du corona virus l’immobilise. Comme figé dans le bronze, il se retrouve seul avec Le Chat dans un atelier vidé de sa famille de collaborateurs. Il devait poser vingt statues de l’animal sur les Champs-Elysées de Paris, le 9 avril. L’événement est reporté à une date moins contagieuse. Entre-temps, le maître du Chat médite comme tous les Belges sur les plaisirs simples de se retrouver chez soi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Hauwaert Willy, dimanche 22 mars 2020, 11:19

    Philippe Geluck, Quand le Docteur G nous donnera-t-il des conseils judicieux pour contrer les virus ?

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs