Coronavirus - Deceuninck ferme temporairement ses usines et supprime son dividende

"En raison de la propagation du virus, nous voyons un nombre croissant de chantiers de construction en Europe qui se ferment, ce qui aura un impact négatif sur notre secteur", explique le communiqué de la société. "Notre première priorité est la sécurité et la santé de nos travailleurs et nous avons pris les mesures nécessaires en ce sens."

L'impact économique sur l'entreprise reste difficile, semble-t-il, mais Deceuninck a pris des mesures "immédiates" pour réduire les coûts. Par exemple, les usines en Belgique et en France ont été temporairement fermées tandis que les travailleurs et les employés sont au chômage temporaire. "Le conseil d'administration et la direction ont convenu d'une cession volontaire de leurs salaires."

Fin février, à la présentation des chiffres annuels, le conseil d'administration avait indiqué qu'il annoncerait à l'assemblée générale un dividende de 0,03 euro par action. L'entreprise proposera toutefois de n'en verser tout simplement aucun.

Les chiffres de janvier et février sont bons, avec une augmentation du chiffre d'affaires de 12%, grâce à de bonnes performances en Amérique du Nord et en Europe, et à un meilleur climat économique en Turquie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous