Accueil Monde Amériques

Brésil: face au coronavirus, la méthode Bolsonaro

Le coronavirus risque de faire des ravages au Brésil ? Le président Bolsonaro, qui a pris des bains de foule alors qu’il était peut-être infecté, promet de continuer à aller dans les bars.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Au Brésil aussi, les gens font du bruit le soir depuis leurs balcons. Mais c’est pour dénoncer, en tapant sur des casseroles, l’incurie du président Bolsonaro face au coronavirus. Car pour les millions de Brésiliens entassés dans des quartiers populaires, cette épidémie pourrait tourner à l’hécatombe. Même s’il n’y a actuellement que 621 cas confirmés et 6 morts, le Covid-19 pourrait, selon une étude démographico-statistique menée par des chercheurs d’Oxford, faire jusqu’à 478.000 morts au Brésil.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Vandaele Daniel, samedi 21 mars 2020, 17:14

    Vu son âge il devrait être à risque.... Il démontrera peut-être par son exemple, dans un peu plus de 14 jours, que l' imbécillité peut tuer.

  • Posté par De Ronde Michel, samedi 21 mars 2020, 12:55

    Il ressort très clairement de cet article tendancieux que Véronique Kiesel et ses sponsors détestent le président "antisystème" Bolsonaro pourtant plébiscité en octobre 2018 par 55,13 % des voix brésiliennes. La détestation personnelle n’exonère pas un journaliste professionnel digne de ce nom d’écrire un article factuel répondant à son devoir de réserve et d’objectivité. Je pense que les lecteurs sont suffisamment bien armés pour se faire une opinion sans qu’on ne doive la leur dicter.

  • Posté par Grulois Stanislas, mercredi 25 mars 2020, 22:12

    J'ai presque pitié de vous. Mais je n'irai pas jusque là. Car tout ce qui vient de vous vient du néant. J'ignore votre âge, votre profession actuelle ou passée mais je connais vos convictions politiques et philosophiques. Et rien ne vaut quoique ce soit chez vous. Aucun moyen d'avoir une base de discussion avec vous. Vous pensez avoir raison sur tout, ne pouvez pas vous empêcher de la ramener sur tout. Mais vous êtes systématiquement à côté de la plaque. Vouloir être précis sur le sens d'une phrase quelque part vous honore. Mais ce n'est pas tout. J'ai juste envie de dire que vous semblez souffrir du même trouble que votre poulain qu'est trump La mauvaise foi vous caractérise. Vous dites tout et son contraire. Un peu comme lui. On pourrait presque écrire un livre au départ de vos interventions et mettre en évidence toutes vos ambivalences. Finalement, c'est votre entourage que je plains.

  • Posté par De Ronde Michel, lundi 23 mars 2020, 23:42

    S. Grulois, la nature confuse et décousue de vos propos n'est pas seulement liée à un usage abusif et inapproprié du copier-coller, il y a une raison plus profonde à ce désordre que la charité m'interdit cependant de qualifier. Je voulais quand même vous prévenir avant que cela ne s'aggrave.

  • Posté par Grulois Stanislas, lundi 23 mars 2020, 23:01

    Sacré MDR. Mais un coup dans l'eau quand même. Les autres et moi on avait compris le fond de l'article. Mais bon. Ce n'est pas fox news ou un autre torchon de ce niveau. Bonne nuit quand même.

Plus de commentaires

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs