Accueil Société

Carnet de bord d’un urgentiste: mon premier jour au «village Covid»

Chaque jour, dans Le Soir, un membre du corps médical revient sur sa journée de lutte contre le coronavirus. Alexandre Ghuysen, chef de service associé aux Urgences du CHU de Liège, raconte.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Aujourd’hui, c’était une journée très particulière. C’était notre premier jour au “village Covid”. C’est un principe de médecine de catastrophe bien connu : quand il faut faire du tri, éviter les contaminations, il faut développer un poste médical avancé. Il y a une vingtaine de jours, différents urgentistes ont commencé à recevoir pas mal d’appels à propos du coronavirus. On suivait aussi de près ce qui se passait en Chine. Et il fallait s’organiser. L’anticipation et la planification, c’est impératif ! On a eu la chance d’être entendus par la direction médicale, et on a réquisitionné la plate-forme de pharmacologie clinique. Tout ce service, où l’on réalise normalement différents tests cliniques, a dû décamper. Et ils ont vu les urgentistes débarquer dans leurs locaux pour mettre en place une salle spéciale “Covid”. Il y a 15 jours, certains étaient toujours dans un déni, pensaient que ce n’était qu’une grosse grippe. On avait un peu l’impression de prêcher dans le vide.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Platteau Olivier, samedi 21 mars 2020, 16:57

    Merci et courage à tous !

  • Posté par Lambert Denise, samedi 21 mars 2020, 16:47

    Merci pour tout ce que vous faites, pour ce que vous endossez, endurez au jour le jour et encore plus depuis le covid

  • Posté par Lucas Danièle, samedi 21 mars 2020, 16:12

    Il serait intéressant de savoir si les 'jeunes' qui sont atteints sans 'pré-conditions défavorables' sont des fumeurs habituels, ou non.

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs