Accueil Société

Coronavirus: inquiet, le personnel hospitalier doit composer avec la pénurie de masques

Infirmiers et médecins s’inquiètent de plus en plus du manque de protections individuelles contre le covid-19. La consigne en interne est d’en limiter l’utilisation au maximum.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Comme un malaise… La distribution vendredi aux hôpitaux belges de quelque 5 millions de masques chirurgicaux en provenance de Chine n’apaise pas les inquiétudes du secteur médical, dans sa lutte contre le coronavirus.

Pour rappel, il existe deux types de masques : les « simples » masques chirurgicaux et les masques de type FFP2 ou FFP3. Ces derniers sont dotés d’une coque de protection respiratoire.

Les cinq millions de masques livrés aux hôpitaux vendredi sont loin d’être inutiles, mais ils ne peuvent être utilisés par les services en première ligne contre le virus. Ceux-ci nécessitent les « fameux » FFP2.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, lundi 23 mars 2020, 9:07

    Apparemment, il y a une confusion sur ce que "première ligne" veut dire. Habituellement, cela désigne les médecins généralistes, mais pour certains cela semble désigner le personnel en contact direct avec les malades les plus atteints en milieu hospitalier.

  • Posté par Rous Christian, lundi 23 mars 2020, 8:49

    Une certaine Maggie avait dit qu'on était prêt......... Ahah. Pas de masques convenables, pas de réactif pour les analyses, pénuries en tout genre annoncées (Perfusalgan, circuits de ventilation pour respi, curarisants,......) et on n'est qu'au début de l'épidémie qu'ils disent. Je n'ai pas la même notion de préparation que nos chers dirigeants mais ça doit être de ma faute.....

  • Posté par Otte Gérard, lundi 23 mars 2020, 22:49

    On était "prêt" ou "près" de ses sous? . Faut-il rappeler mai 1940: "on était prêt, ils ne passeront pas !". Lors de l'évacuation forcée de la population: il suffisait de passer la Meuse AVANT de faire sauter les ponts, APRES, "on" était sauvés; puis...rebelote sur l'Escaut. Quant au passage du Quiévrain, les panzers de Guderian avaient devancé toute la populace égarée par la propagande irresponsable des politicards planqués. L'Histoire se répète inexorablement, méfiez-vous des propos faussement rassurants de la propagande officielle, ils dissimulent une impréparation crasse sous des propos lénifiants.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs