Coronavirus - Des associations demandent des mesures pour les étudiants jobistes

"Les étudiants jobistes se retrouvent sans aucun revenu puisqu'ils sont forcés d'arrêter de travailler et ne peuvent plus prester leurs heures. (...) Sans revenus, les jobistes risquent de tomber dans la précarité, et voir leurs conditions de vie, déjà précaires, s'aggraver", pointent lundi dans un communiqué l'Union Syndicale Étudiante, les Jeunes FGTB, la JOC-Bruxelles et les Étudiantes en grève le 8 mars à l'ULB.

Les organisations appellent également à revoir le statut de ces jeunes travailleurs. Selon elles, il est nécessaire de les considérer "comme des travailleurs de plein droit, inclus dans le système de sécurité sociale. Les étudiants, par leurs nombreuses activités actuellement sous-payées ou exercées à titre gratuit, participent à la production, que ce soit en tant que jobiste, stagiaire, étudiant ou apprenti. Les avantages à leur employabilité pour les patrons doivent être supprimés, et il faut instaurer en parallèle un salaire étudiant qui permette de reconnaître leur activité essentielle dans la production générale."

Les associations estiment encore que la garantie d'un revenu durant les études permettrait d'en finir une fois pour toutes avec la précarité étudiante.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • © Dominique Duchesnes.

    Par Cécile Danjou

    Finances

    Les vacances en camping-car, un choix rentable?

  • «
Nous sommes toujours accros au pétrole déplore Matthieu Auzanneau mais nous ne savons pas si le dealer va pouvoir continuer à nous fournir et à quel prix.
» © Patrice NORMAND/Opale/Leemage

    Matthieu Auzanneau: «Le pétrole-roi a déjà franchi son pic»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous