Accueil Monde Proche-Orient

Coronavirus: les bilans iraniens manquent de fiabilité

Officiellement, l’Iran subit la crise du Covid-19 depuis le 19 février. Mais ni cette date ni les bilans quotidiens ne semblent au-dessus de tout soupçon.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Comme dans de nombreux pays, les Iraniens sont informés quotidiennement par les autorités du nouveau bilan sanitaire national relatif au coronavirus. Ce lundi 23 mars, les chiffres étaient les suivants : 127 décès supplémentaires, ce qui porte à 1.812 le bilan officiel des morts de l’épidémie en Iran. À ce jour, il y a eu 23.049 personnes qui ont été répertoriées comme infectées par la maladie dans le pays. Ces chiffres font de la république islamique le quatrième pays en termes de contaminations et de décès, après l’Italie, la Chine et l’Espagne. Sauf que, pour beaucoup, les bilans diffusés par le régime manquent de crédibilité. La vérité dissimulée aux yeux de la population serait bien plus grave.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lambert Guy, lundi 23 mars 2020, 17:43

    Il est interpellant que les médias belges, comme Le Soir notamment, parlent de la situation en long et en large, en Espagne, en Italie (pays européens) mais aussi presque chaque jour en Chine, aux USA ou comme ici en Iran... mais très peu (il y a 2 jours , un article du Soir avec quelques données mais sans aucune analyse) ou même pas du tout de la situation chez nos voisins hollandais qui partagent pourtant avec nous une frontière commune de plusieurs centaines de km. Cela est d'autant interpellant que ce pays connait actuellement une croissance des décès plus élevée qu'en Belgique, que ce pays a choisi (à tort ou à raison, l'avenir le dira) une politique très différente de la nôtre quant à la gestion de la crise mais également une politique plus libérale qui en fait un des pays les moins équipés en lits de soins intensifs. De nombreuses interrogations se font jour, notamment sur le futur, auxquelles les journalistes ne prêtent pas beaucoup d'attention. Je suis peut-être marginal?

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs