Coronavirus - Les chauffeurs routiers se plaignent de la paperasse

"On ne sait pas toujours quel formulaire est nécessaire. Parfois, cela change en cours de route. La France en est déjà à son deuxième ou troisième formulaire", ajoute-t-elle. "Cela a évolué positivement, puisqu'au lieu d'un formulaire par jour, il existe maintenant un formulaire illimité dans le temps. Mais une entreprise qui compte 200 chauffeurs doit en remplir 200. Il serait plus simple que les chauffeurs puissent circuler sans aucun document", plaide la Febetra.

Il pourrait aussi y avoir des problèmes lors des contrôles aux frontières, pointe la fédération. En effet, les chauffeurs routiers doivent suivre des cours de recyclage mais ceux-ci sont annulés. "Ils ne sont donc pas en règle. Il faudrait que les autorités clarifient les choses."

La Febetra craint également des conséquences économiques, même si le secteur continue à travailler. "De nombreuses entreprises ont déjà des véhicules à l'arrêt et des chauffeurs en chômage temporaire", conclut Isabelle De Maegt. Si les entreprises qui participent à la chaîne alimentaire circulent encore, d'autres secteurs ont moins de travail.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • © Dominique Duchesnes.

    Par Cécile Danjou

    Finances

    Les vacances en camping-car, un choix rentable?

  • «
Nous sommes toujours accros au pétrole déplore Matthieu Auzanneau mais nous ne savons pas si le dealer va pouvoir continuer à nous fournir et à quel prix.
» © Patrice NORMAND/Opale/Leemage

    Matthieu Auzanneau: «Le pétrole-roi a déjà franchi son pic»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous