Coronavirus en Italie: un village échappe à la pandémie après un dépistage massif

Coronavirus en Italie: un village échappe à la pandémie après un dépistage massif
EPA

Ils y sont tous passés. Les uns après les autres, les 3 300 habitants de Vo’Euganeo, un bourg situé à 30 kilomètres de Padoue, en Vénétie, au nord-est de l’Italie, ont tous été soumis à des tests de dépistage du Covid-19, rapporte La Voix du Nord. C’était il y a un mois, après le décès de la première victime italienne, à Padoue justement. Adriano Trevisan, 78 ans, venait de Vo’.

Ainsi fin février, 3 % de la population était infectée, lors du premier test, soit 88 cas, rapporte Ouest France. La moitié d’entre eux (surtout des jeunes) n’avait pas de symptôme mais tous ont été placés à l’isolement, dans ce village déjà placé en confinement. Objectif : limiter au maximum la propagation du virus. Résultat, dix jours après, le nombre de cas est passé de 88 à 7.

De quoi laisser rêveur dans ce pays où l’on compte désormais plus de 5400 décès, liés au coronavirus. « Les tests ont sauvé des vies », confirme le maire, Giuliano Martini. « Quatre-vingt-neuf cas positifs, dont au moins soixante dans la nature. Je pense que si on n’avait pas fait ce qu’on a fait, ce ne sont pas trois morts que nous pleurerions mais beaucoup plus et ç’aurait été une véritable tragédie. », estime-t-il auprès de franceinfo.

Guérison rapide

Pourtant, les tests ont alimenté toutes les conversations, bien au-delà de Vo’, devenu un laboratoire à ciel ouvert, rapporte aussi franceinfo. Les tests ont généré beaucoup d’angoisse parmi les habitants. Et des médecins ont jugé la mesure exagérée. Mais après coup, certains habitants approuvent : « C’est ce jour-là là qu’on a appris que ma femme et mon fils avaient le coronavirus, indique Claudio, un habitant à franceinfo. Mais ils étaient sans symptômes ! Qui aurait arrêté mon fils qui était toujours dehors pour son travail ? Personne ! C’est un miracle. »

Aujourd’hui, le village toujours placé en confinement comme le reste du pays n’est pas sorti d’affaire. Et la population sera soumise à un deuxième test. Mais depuis six jours, plus un seul cas de contagion n’y a été enregistré, précise Libération en date du 22 mars. Mieux, les délais de guérison ont été rapides : dix jours en moyenne, selon les déclarations du professeur Sergio Romagnani, virologue à la faculté de Florence.

Considéré aujourd’hui comme un laboratoire à ciel ouvert, le village de Vo’ fait penser à la Corée du Sud, qui jusqu’ici est parvenue à contenir le coronavirus sans même devoir confiner la population. Premier pays touché après la Chine, la Corée du Sud a réalisé plus de 250 000 tests sur des personnes qui présentaient les symptômes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ce lundi, à une soixantaine de kilomètres au sud de Mingatchevir, une usine de coton a été détruite par des bombardements arméniens.

    Par Emmanuel Grynszpan

    Europe

    Caucase: Mingatchevir, cible ultime de la guerre du Karabakh

  • Le «
tourisme Beatles
» est une bouffée d’oxygène pour Liverpool. Enfin, était...

    Par Marc Roche

    Europe

    A Liverpool, l’industrie des Beatles broie du noir

  • «
Nous sommes des femmes qui attendons le retour ou la mort de nos hommes.
»
: Sida Gazaryan devant la tombe de son mari Ararat au cimetière de Stepanakert. © Reuters

    Par MAGDALENA CHODOWNIK

    Europe

    Le conflit sans fin du Haut-Karabakh

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous