5G en Belgique - Cegeka, Entropia, Orange, Proximus et Telenet candidats à une licence 5G provisoire (2)

La mise aux enchères des nouvelles bandes de fréquences 5G a pris du retard en Belgique, en raison de la chute du gouvernement fédéral et d'une incapacité des entités fédérées à se mettre d'accord sur la répartition de la manne financière liée à ces nouvelles fréquences.

L'IBPT avait proposé fin janvier une solution pour permettre le déploiement de cette technologie 5G via l'attribution de droits d'utilisation provisoires. Le régulateur avait invité les parties intéressées à se porter candidates à leur obtention avant le 28 février. Proximus, Telenet et Orange avaient déjà confirmé à cette date-là s'être portés candidats.

L'Institut a finalement reçu six candidatures au total, dont une a été retirée le 10 mars dernier. Les cinq autres ont été déclarées recevables.

L'IBPT va à présent lancer une consultation publique jusqu'au 21 avril prochain. Il prendra ensuite cinq décisions individuelles portant sur l'octroi définitif des licences provisoires aux candidats pour le déploiement de la 5G.

Techniquement, le régulateur souhaite ici attribuer la bande de fréquences 3,6-3,8 GHz. Il s'appuie pour cela sur la loi télécoms, qui lui donne la possibilité d'octroyer des droits d'utilisation provisoires pour le spectre radioélectrique pour lequel il n'existe pas encore de cadre réglementaire en ce qui concerne la procédure. De cette manière, les opérateurs peuvent déjà se préparer sur la base d'un certain nombre d'applications commerciales 5G.

Un total de 200 MHz de spectre est disponible dans cette bande 3600-3800 MHz. Il est donc possible d'attribuer 40MHz à chacun des cinq candidats pris en considération. Les licences resteront valables jusqu'à ce qu'elles soient octroyées par le biais d'une procédure de mise aux enchères classique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  • © Dominique Duchesnes.

    Par Cécile Danjou

    Finances

    Les vacances en camping-car, un choix rentable?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous