Accueil Culture Cinéma

«Le monde occidental doit continuer à nourrir l’idéal d’une société moderne»

Cinéaste libanaise, Danielle Arbid signe son premier film « français », une ode à la connaissance, à la liberté, à la jeunesse. Pour en finir avec la colère

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Danielle Arbid fait des films au Liban depuis 25 ans. Partie en colère, elle a décidé de se rappeler ses années de jeunesse à Paris et signe un film heureux et lumineux. Une façon de s’approprier enfin son identité française. Son prochain film sera l’adaptation de Passé simple, une grande histoire d’amour signée Annie Ernaud.

Qu’est-ce qui a motivé votre envie de faire un film hors Liban ? Vous en aviez marre d’être censurée ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs