Accueil Opinions Cartes blanches

Sophie Wilmès répond aux critiques: «Je vous l’assure, nous travaillons sans relâche pour sauvegarder la santé de tous»

Dans une longue lettre, la Première ministre répond aux deux chirurgiens de St Pierre (ULB) qui critiquaient la rareté des masques, des produits réactifs et des médicaments pouvant à terme soigner les patients atteints.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Ce dimanche, deux chirurgiens de l’hôpital Saint-Pierre (ULB) à Bruxelles, Guy-Bernard Cadière et Didier De Cannière publiaient une carte blanche à l’attention de la Première ministre, Sophie Wilmès, intitulée « la double peine du personnel hospitalier ». Tout en remerciant Sophie Wilmès d’avoir « réussi à fédérer une union sacrée politique suffisante pour imposer les mesures sanitaires », ils critiquaient le manque de masques pour le personnel soignant, le manque de produits réactifs permettant des tests pour tous le personnel et tous les patients et l’absence en Belgique de médicaments, qui, avec toutes les réserves d’usage, pourraient à terme permettre de contenir le virus. Ils en appelaient à la mobilisation d’industries et de laboratoires belges pour doter la Belgique d’une capacité de production suffisante.

La Première ministre a décidé de leur répondre personnellement. Voici le texte qu’elle leur a transmis cet après-midi.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

28 Commentaires

  • Posté par Moreau Michel, mercredi 25 mars 2020, 13:35

    La personne de cœur qui nous était apparue à la Conférence de presse initiale n'est-elle pas en train de s'effacer devant la professionnelle de la communication et de la langue de bois ? Plus on relit sa réponse, plus elle déçoit... Elle compte presque deux fois plus de mots que la requête des médecins, mais elle n'apporte rien, il faut l'admettre, et sûrement aucune reconnaissance de l'aggravation désastreuse du problème qui résulte aujourd'hui des politiques d'"austérité" d'hier... Le ton est plus policé, plus consensuel que celui de Maggie, certes... mais le contenu semble identique, malheureusement.

  • Posté par Moreau Michel, mercredi 25 mars 2020, 15:59

    Avec mes excuses pour ce doublon... :-((

  • Posté par Moreau Michel, mercredi 25 mars 2020, 13:11

    La personne de cœur qui nous était apparue à la Conférence de presse initiale n'est-elle pas en train de s'effacer devant la professionnelle de la communication et de la langue de bois ? Plus on relit cette réponse, plus elle déçoit... Elle compte presque deux fois plus de mots que la requête des médecins, mais elle n'apporte rien, il faut l'admettre, et sûrement aucune reconnaissance de l'aggravation désastreuse du problème qui résulte aujourd'hui des politiques d'"austérité" d'hier... Le ton est plus policé, plus consensuel que celui de Maggie... mais le contenu semble identique, malheureusement.

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, mercredi 25 mars 2020, 11:40

    En effet, dans la réalité quotidienne vécue par les citoyens belges, il convient de relever tout à fait objectivement que leur bien-être a été attaqué ! Bien-être attaqué par des restrictions budgétaires dans les secteurs des soins de santé, des transports, de la justice, de la protection (police), de la défense (armée) .... Ces restrictions budgétaires ont été menées par des politiques libérales prises par divers gouvernements précédant celui de Madame Wilmès ... Restrictions budgétaires dogmatiques (le libéralisme est un dogme) exigées par l'Union Européenne au détriment des populations ... Une Union Eurpéenne qui brille par son inefficacité dans la crise actuelle causée par le Covid-19 !!!

  • Posté par DOMINIQUE SCHOLLAERT, mercredi 25 mars 2020, 11:33

    La violence des commentaires à mes contributions démocratiques me confortent dans l'idée que la vérité n'est pas toujours bonne à dire !

Plus de commentaires

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche Quand les juges se déshonorent

C’est en agissant en serviteurs dociles des politiciens qui les ont nommés, que les juges qui ont voté la révocation du droit à l’avortement aux Etats-Unis ont trahi le respect dû aux individus qu’ils sont censés protéger.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs