La Bourse de Tokyo dopée par l'accord sur le plan de relance américain

L'indice vedette Nikkei a fini sur un bond de 8,04% à 19.546,63 points (+1.454,28 points), sa plus forte hausse en pourcentage depuis octobre 2008, et alors qu'il avait déjà bondi de plus de 7% la veille. L'indice élargi Topix a quant à lui décollé de 6,87% à 1.424,62 points mercredi.

Après des jours d'âpres discussions, le Sénat américain et la Maison Blanche sont parvenus à un accord dans la nuit de mardi à mercredi sur un plan historique de 2.000 milliards de dollars pour relancer l'économie américaine, durement touchée par la pandémie de coronavirus.

Confiante sur la perspective imminente d'un accord, la Bourse de New York avait déjà fini sur des gains historiques mardi, son principal indice, le Dow Jones, connaissant sa plus forte hausse en une séance depuis 1933.

A Tokyo "les achats ont accéléré alors que les investisseurs ont bien accueilli une série de mesures annoncées par divers pays, surtout les Etats-Unis", a commenté Toshikazu Horiuchi, un courtier chez IwaiCosmo Securities interrogé par l'AFP.

Par ailleurs le yen refluait nettement par rapport au dollar, un mouvement de change favorable pour les groupes exportateurs nippons.

Le marché a aussi été soulagé par l'annonce la veille du report d'un an des JO 2020 de Tokyo, un scénario "bien meilleur qu'une annulation" pure et simple de l'événement, a encore relevé M. Horiuchi.

Tous les secteurs d'activité sur le Nikkei ont fini dans le vert, notamment l'immobilier, les matériaux et l'industrie.

Le marché du pétrole profitait lui aussi de l'accord sur le plan de relance américain. Vers 06H50 GMT, le prix du baril de brut WTI augmentait de 3,75% à 24,91 dollars et celui du baril de Brent de la mer du Nord prenait 2,95% à 27,95 dollars.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • d-20200122-3YF45A 2020-01-22 17:47:41

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Charleroi: une lente remontée pour la Ville Basse

  • Sa plateforme de livraison à domicile a permis à Uber de sauver les meubles mais pas les emplois
: 6700 sont passés à la trappe. © Photo News / Gregory Van Gansen.

    La tech’ a licencié près de 77.000 personnes dans le monde

  • © Dominique Duchesnes.

    Par Cécile Danjou

    Finances

    Les vacances en camping-car, un choix rentable?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous