Coronavirus - Londres douche pour l'heure les attentes sur un sauvetage de l'aérien

L'Etat ne volera au secours des compagnies aériennes ou aéroports que si "toutes les autres options sont épuisées", et notamment par l'intermédiaire des aides aux entreprises déjà annoncées, a prévenu le ministre des Finances Rishi Sunak dans une lettre envoyée au secteur.

Les transporteurs aériens en difficultés financières devront d'abord examiner d'autres mesures comme des levées de fonds auprès d'investisseurs.

M. Sunak n'avait pourtant pas exclu la semaine dernière des mesures spécifiques pour les compagnies et les aéroports.

Le confinement dans de nombreux pays et les fermetures de frontières ont fait plonger la demande et fragilise leurs finances, ce qui pourrait coûter 252 milliards de dollars au secteur dans le monde selon l'association internationale aérienne Iata.

La compagnie Virgin Atlantic a par exemple demandé au Premier ministre Boris Johnson un plan d'aide de 7,5 milliards de livres pour le secteur britannique.

D'après le quotidien The Guardian, le changement de posture du Trésor viendrait notamment de la décision de transporteurs, dont Easyjet, de verser comme prévu des millions de livres de dividendes aux actionnaires tout en demandant un plan de sauvetage qui serait financé par les contribuables.

Cette compagnie, qui a suspendu la quasi-totalité de ses vols, a indiqué "examiner la lettre" ainsi que les vastes mesures d'aides aux entreprises annoncées par M. Sunak la semaine dernière. "Notre priorité est la liquidité et la protection de l'emploi et nous travaillons avec le gouvernement pour faire le meilleur usage de ces mesures", selon un porte-parole.

Le groupe IAG, maison mère de British Airways, a simplement confirmé avoir reçu la lettre sans plus de commentaires.

De son côté, l'association des aéroports britanniques (AOA) a fait part de sa "surprise": "notre secteur va devoir désormais lutter tout seul pour protéger ses effectifs et son avenir", déplore Karen Dee, sa directrice générale.

Moins inquiet, le syndicat britannique des pilotes Balpa a assuré que les discussions se poursuivaient avec Downing Street sur la manière d'aider le secteur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous