Coronavirus - Les Fablabs wallons développent des prototypes pour lutter contre le Covid-19

A Louvain-la-Neuve, le respirateur "Breath4Life" est développé avec le soutien de l'UCL et est en test depuis dejà plusieurs jours. Sa présentation à la presse jeudi marquera une nouvelle étape vers une éventuelle production à plus grande échelle, avec l'appui d'autres entreprises.

Du côté de Namur, c'est sur le développement d'un pousse seringue que les équipes du Trakk se sont concentrées. Ce dispositif électro-mécanique sert à presser une seringue classique à une vitesse très précise pour injecter la bonne dose de médicaments.

"A moyen terme, les hôpitaux vont en manquer selon les médecins", pointe le hub créatif namurois. "Un patient atteint du Covid-19 a besoin d'au moins six PSE en continu. On a aujourd'hui un ratio nombre de PSE/nombre de respirateurs qui est de l'ordre de trois ou quatre. Il en manque donc deux à trois par respirateur. Sachant qu'il existe 1.900 lits de soins intensifs en Belgique et que 760 supplémentaires sont en phase d'ouverture, il manquera a minima 3.000 PSE."

L'objectif des développeurs namurois est de mettre au point un prototype fonctionnel à moindre coût d'ici la fin de la semaine, afin de le mettre à disposition en open-source. "Certaines petites et moyennes entreprises se sont déjà faites connaître afin de témoigner leur intérêt pour produire l'appareil une fois le prototype abouti", ont-ils expliqué. "Toutefois, si le projet avance bien, il est encore difficile de savoir s'il débouchera sur une avancée réelle dans le secteur."

Pour avancer dans leurs projets en respectant les consignes de distanciation sociale, les Fablabs utilisent notamment le réseau social Slack, qui permet de gérer des projets en ligne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous