Les tempêtes du début d'année ont causé près de 300 millions de dégâts (Assuralia)

Seule la tempête de grêle de la Pentecôte en 2014 avait fait plus de dégâts sur trois jours, coûtant plus de 650 millions d'euros aux assureurs belges. En comparaison, les tempêtes du printemps 2019 - les 4 et 10 mars - avaient coûté au secteur plus de 236 millions d'euros.

Dans l'ensemble, les tempêtes du début d'année ont donné lieu à quelque 150.000 dossiers de sinistre auprès des assureurs. "Les dégâts moyens sont dans la continuité de ceux des autres tempêtes. Il est donc question d'une intervention moyenne de la compagnie d'assurance d'environ 2.000 euros", explique Wauthier Robyns d'Assuralia. Au total, cela atteint un montant d'un peu moins de 300 millions d'euros.

"Le coût moyen correspond à ce à quoi nous sommes habitués pour les tempêtes courantes, qui se produisent à quelques années d'intervalles", relativise Wauthier Robyns. "Ce que nous avons vécu ici bien sûr nous préférerions ne pas le vivre, mais d'un autre côté ce n'est pas vraiment exceptionnel. Nous recevons également des primes pour cela, il n'est donc pas vrai que cela déséquilibre les comptes des assureurs", estime le porte-parole d'Assuralia.

Selon Wauthier Robyns, les tempêtes de ces dernières années ne peuvent être comparées à ce que la Belgique a surmonté, par exemple, lors du week-end de Pentecôte 2014. "1990 est considérée par les assureurs belges comme la dernière année au cours de laquelle nous avons eu un coût de sinistre vraiment exceptionnel."

Assuralia ne dispose pas encore des chiffres par provinces ou communes concernant les tempêtes de 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous