Coronavirus - L'aéroport parisien d'Orly provisoirement fermé à compter du 31 mars

"Hier on était à -92% de trafic en passagers à Orly et à -89% à (l'aéroport Roissy) Charles-de-Gaulle", par rapport à un an auparavant, contre -75% à Orly et à -70% à Charles-de-Gaulle la semaine dernière, a expliqué le directeur général du gestionnaire aéroportuaire, Edward Arkwright. "On va arriver à l'étiage des 10% d'activité", a ajouté M. Arkwright, évoquant un effondrement "absolument majeur et brutal".

Selon une nouvelle simulation financière du groupe, la baisse du trafic est évaluée "à -65% entre mars et juillet sur tous les aéroports du groupe ADP", qui gère directement ou indirectement 24 aéroports dans le monde, dont les aéroports parisiens.

Sur l'année, à ce stade, la baisse du trafic serait "de l'ordre de 30%" dans les aéroports du groupe, a précisé M. Arkwright.

Un premier plan d'économies pour le groupe de 180 millions d'euros, dont 120 millions à Paris, a été réajusté pour atteindre désormais un montant de 270 millions d'euros, dont 125 millions à Paris, sans compter les mesures de chômage partiel qui touchent 80% du personnel d'Aéroports de Paris SA, selon la même source.

A l'étranger, "quasiment tous les aéroports du groupe, hors aéroports de Turquie, sont complètement fermés", a ajouté M. Arkwright.

Les quatre compagnies qui continuent actuellement à opérer depuis Orly - l'aéroport du sud de Paris - sur plus d'une centaine auparavant, transfèreront leurs activités sur Paris-Charles-de-Gaulle, l'aéroport du nord de la capitale française, à partir du 1er avril.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous