Accueil Opinions Éditos

Coronavirus: chapeau bas aux métiers essentiels, ils assurent notre survie

Il faudra aussi faire en sorte «après» que «métier essentiel» ne soit pas qu’un mot dans un arrêté royal, mais une réalité à reconnaître et à valoriser.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

La première faille violemment révélée par le coronavirus est celle de nos soins de santé. La Belgique n’a pas taillé autant dans le système et le réseau de soins de santé que nombre de ses voisins européens et on ne peut que s’en féliciter quand on regarde, médusés et dévastés, le désastre à l’œuvre en Espagne, en Italie et en France.

Mais c’était moins une, l’heure était en effet il y a quelques semaines encore dans certains partis aux coupes dans la sécurité sociale. « L’affaire des masques » n’en est aujourd’hui en fait qu’un (terrible) indicateur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par L. Jean-Christophe, lundi 30 mars 2020, 17:40

    La Belgique est ainsi faite d'une myriade de personnes essentielles mais invisibles et silencieuses qui grignotent des miettes et de quelques unes incompétentes, peu efficaces, très visibles voire très bruyantes qui, elles, profitent impérialement du travail de la majorité invisible et silencieuse comme les parasites profitent de leurs hôtes. C'est une pyramide de Ponzi... Avec les grands arnaqueurs qui mènent la danse et les pions qui dansent comme on leur dit de danser. Soyons fiers et reconnaissants envers tout ceux qui continuent à faire leur travail se démenant parfois dans des conditions difficiles, des situations économiques catastrophiques et d'autres qui mettent leur vie en danger pour sauver la notre. Pour leur rendre hommage il faudra s'en souvenir lors des prochaines élections en réfléchissant bien à ce que l'on a vécu et à ce que l'on ne voudra plus vivre. Merci à Toutes et à tous.

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 30 mars 2020, 10:23

    Et il y a aussi tous les petits commerçants indépendants qui continuent à nous servir: les bouchers, les boulangers, les libraires.

  • Posté par Dizier Raymond, vendredi 27 mars 2020, 6:35

    On ne peut pas citer tout le monde. Mais dommage d’avoir omis les agents pénitentiaires. En prison, il n’y a pas que le danger du virus. Pensez-vous qu’ils seront « mieux vus » après la crise? J’en doute.

  • Posté par Delvaux Alain, jeudi 26 mars 2020, 19:00

    C'est une bonne chose de le dire maintenant. Néanmoins, il faudra taper sur le clou après la crise et de façon déterminée. On attend des chroniqueurs, des journalistes de la cohérence et de la persévérance. https://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/detail_dans-quel-monde-on-vit/accueil/article_cynthia-fleury-apres-la-crise-du-coronavirus-il-faudra-combattre-ceux-qui-vous-diront-qu-il-faudra-continuer-comme-avant?id=10467447&programId=8524

  • Posté par Ouwerx Christiane, jeudi 26 mars 2020, 11:52

    Ne les oublions pas en effet quand les lendemains rechanteront

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

La fin de l’exception flamande

On le sait depuis des mois : le coronavirus ne connaît pas de frontières, encore moins linguistiques. La France comme l’Italie ont appliqué le pass sanitaire comme le port du masque de la même façon sur tout leur territoire.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs