Coronavirus: les 180.000 tests de détection saisis par Pieter De Crem peuvent être utilisés

Coronavirus: les 180.000 tests de détection saisis par Pieter De Crem peuvent être utilisés
Corinne Féron

C’est une excellente nouvelle pour tout le corps médical qui réclame des tests de dépistage du Covid-19 depuis de nombreux jours. La semaine dernière, le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem, avait annoncé, avec une certaine fierté, avoir fait saisir 180.000 tests de diagnostic du coronavirus et un stock de réactifs produits chez Eurogentec, une société de Seraing. Le ministre avait agi précipitamment de peur que le matériel ne parte à l’étranger. Or, il s’est très vite avéré que les tests et le réactif saisis étaient destinés à l’Université de Namur qui développe un nouveau type de dépistage du Covid-19, sous la direction du professeur Benoît Muylkens.

Malgré l’urgence de pouvoir procéder à des tests de dépistage du coronavirus sur un maximum de personnes, étrangement, le stock de tests se trouve toujours dans les locaux de l’entreprise Eurogentec qui a déclaré que « les kits seront payés par les laboratoires qui les utilisent. »

Ce jeudi matin, la situation évolue. Contacté par Le Soir, le cabinet du ministre Philippe De Backer en charge de la taskforce concernant les tests, affirme qu’après avoir été analysé, le matériel saisi chez Eurogentec est conforme aux besoins constatés sur le terrain et dans les hôpitaux. « Ils peuvent donc être utilisés par le personnel médical. » Le cabinet précise, par ailleurs, que « durant toute la procédure, la firme serésienne a été très coopérative. » La fin d’une saga rocambolesque.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous