Coronavirus - Les aide-ménagères appellent à la suspension des cotisations sociales

Les représentantes du secteur rappellent avant tout leur incompréhension quant au maintien initial de leurs services, alors que les aide-ménagères se rendent chaque jour dans les habitations de particuliers et constituent ainsi un vecteur de transmission du coronavirus.

"Dans ces maisons, il y a parfois des personnes âgées, parfois des enfants. Depuis les premières mesures de confinement, c'est en présence de familles complètes, que nous effectuons nos tâches", indiquent-elles.

Cependant, après désistement de nombreux utilisateurs et sous la pression de leurs employées, "la plupart" des entreprises "ont fermé leurs portes", précisent les déléguées, ouvrant de ce fait la voie au chômage temporaire dans le secteur, ce qui garantit 70% du traitement des employées.

Toutefois, elles relatent que, malgré le maintien des subventions annoncé par le SPW Emploi - qui équivalent à 14,86€ par heure et par personne -, leurs employeurs ne pourront payer l'entièreté de leur salaire que si ceux-ci sont "exonérés des 25% de cotisations sociales".

"Certaines d'entre nous sont seules avec enfants et la perspective de (sur)vivre avec 70% de notre salaire est impensable", poursuivent les syndicalistes, qui expliquent aussi que "la sécurité sociale ne perçoit pas de cotisations sociales" en cas de chômage temporaire. "Il ne devait pas y avoir de souci à ce qu'elle (la sécurité sociale, NDLR) accepte qu'on soit payées et qu'elle ne perçoive pas de cotisations qu'elle n'aurait de toute façon pas perçues."

"C'était sans compter sur nos institutions kafkaïennes qui tergiversent depuis une semaine pour octroyer cette exonération de cotisations sociales, qui permettrait aux 50.000 aide-ménagères de Wallonie de percevoir 100% de leur salaire", fustigent les déléguées syndicales.

"Octroyez dès aujourd'hui ces exonérations de cotisations sociales, qui nous permettront d'appréhender sereinement notre confinement, sans la crainte de ne pas être en mesure de nourrir nos enfants", concluent-elles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous