CORRECTION: Avec ses nouveaux P40, Huawei développe plus que jamais son propre écosystème

Huawei avait déjà présenté à l'automne son Mate 30, qui se passait de Google. Le géant chinois assume désormais totalement son positionnement de se passer des services et solutions de l'entreprise américaine. Les P40, P40 Pro et P40 Pro+, smartphones vitrines de la gamme avec des performances photo très poussées et une compatibilité 5G, s'en défont ainsi entièrement et seront commercialisés de la même manière que l'avaient été leurs prédécesseurs jusqu'il y a un an, assure le porte-parole de Huawei Belgique.

Dans cette optique, le géant chinois a étendu jeudi à seize pays européens, dont la Belgique, son propre service de streaming musical de Huawei, qui propose plus de 50 millions de titres et 1,2 million d'albums de label musicaux comme Warner Music, Sony Music et Universal Music.

"Il est logique de développer son propre écosystème et de garantir son indépendance avec des solutions attractives pour le consommateur", justifie Jurgen Thysmans. L'entreprise entend de la sorte démontrer qu'il est capable de créer un environnement "alternatif" au géant américain, en séduisant les fournisseurs de contenus - qui doivent adapter leurs applications au magasin Huawei - et bien sûr les utilisateurs finaux. "On développe tous ces produits à une vitesse jamais vue. On est en train de rattraper dix ans de retard", analyse le porte-parole.

Pour l'instant, la gamme Huawei propose encore le plus souvent des appareils faisant appel aux services de Google, mais ceux-ci vont progressivement disparaître.

"Le consommateur peut avoir une bonne expérience avec nos appareils", même sans les applications Google, assure le porte-parole. "En Belgique, on est habitué à évoluer sous IOS (Apple) ou Android (Google), pas au reste. Mais il y a des solutions pour à peu près toutes les situations, de très nombreuses applications fonctionnent et d'autres peuvent relativement facilement être installées."

Malgré les restrictions d'accès aux technologies américaines dont il fait l'objet depuis près d'un an, Huawei est parvenu à garder une part de marché stable en Belgique l'an dernier et en ce début 2020: 3e en termes de valeur et de volume derrière Samsung et Apple.

Pour 2020, on ne peut par contre plus comparer en raison de la crise du coronavirus, qui touche d'ailleurs tous les acteurs du secteur, reconnait Jurgen Thysmans. La distribution des produits est fortement touchée puisque tous les magasins sont fermés et que les ventes doivent donc se faire en ligne pour un certain temps encore.

Dans le monde, Huawei était l'an dernier le troisième fabricant mondial de smartphones en part de marché (environ 17%) derrière Samsung.

Le P40 est proposé à un prix allant de 799 à 1.399 euros, selon les versions, et sera disponible à partir du 7 avril.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous