Accueil Monde Union européenne

Un sommet européen sur le coronavirus qui a mis les divisions au grand jour

Après six heures de vidéoconférence et une discussion houleuse, les leaders ont arrêté des lignes communes sur le Covid-19. La balle est renvoyée aux ministres.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Le sommet européen par vidéoconférence, jeudi soir, a fini vers 22 h sur la demande des leaders à leurs ministres de leur faire des propositions sous 15 jours pour répondre au choc économique de la crise sanitaire du Covid-19. Sous la pression des Italiens, Charles Michel, président du Conseil européen, et Ursula von der Leyen, de la Commission, s’engageaient à plancher sur un plan de sortie , à plus long terme, de cette crise. « On a un mandat fort », assurait l’ancien premier ministre belge, en conférence de presse à l’issue de la discussion.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Lucas Danièle, vendredi 27 mars 2020, 18:05

    C'est navrant! À ses débuts, et, dans l'esprit de ses fondateurs, la CEE (maintenant UE) devait être une institution de solidarité pour ses membres. Elle s'est, à mon avis, aggrandie trop vite et, dans cette hâte, on semble avoir oublié ce que voulaient ses fondateurs. À ce rythme, j'ai bien peur que les oiseaux de mauvaise augure qui écrivent ici ne voient leur prophétie accomplie. Et, quand ce sera fait, on verra que Mrs Schuman, Adenhauer, Spaak ... auront, eux aussi, vu clair: une guerre pan-européenne sera peut-être le dernier chapitre de cette saga.

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 27 mars 2020, 11:09

    « On a un mandat fort » Une fois de plus, usage abusif du pronom personnel neutre "on". "On", c'est tout le monde en général et personne en particulier, il ne peut être utilisé en remplacement de "nous". En l'occurence, ceux qui ont un mandat fort sont les dirigeants de l'Europe, qui sont bien identifiés. "Nous avons un mandat fort" aurait dû être l'expression de Charles Michel.

  • Posté par THIERRY SAYE, vendredi 27 mars 2020, 10:43

    Continuez, messieurs et mesdames de l'Europe du pognon et des lobbys, continuez à semer les graines de vos différences, de vos incompétences et de votre hypocrisie... Continuez, et vous verrez ce que vous aller récolter d'ici quelques temps... Mais surtout, surtout, il ne faudra pas venir "pleurer" devant les médias en nous faisant la (votre) morale et sur (votre) "l'identité européenne" lorsque les "charognards" viendront se repaître de la carcasse de VOTRE Europe.. Vous n'êtes que des "donneurs de leçons parasitaires"... :-(

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 27 mars 2020, 11:05

    Beaucoup trop de termes très excessifs dans cette intervention, mais sur le fond, je pourrais vous rejoindre en cela que la désunion de l'Europe est pathétique et présage d'un futur peu glorieux. L'Union Européenne est-elle sur le point de s'effondrer face à une nouvelle crise qu'elle se montre à nouveau incapable de gérer de manière solidaire et unanime, après tant d'autres? C'est bien possible, malheureusement.

  • Posté par Dechamps Pascal , vendredi 27 mars 2020, 10:23

    Les monomaniaques du boulier-compteur ont encore frappé. Angela Merkel a une fin de carrière plutôt lamentable

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs