Coronavirus: 55 nouveaux cas en Chine, le pays se ferme aux étrangers

Coronavirus: 55 nouveaux cas en Chine, le pays se ferme aux étrangers
AFP

La Chine a fait état vendredi de 55 nouveaux cas de Covid-19, dont 54 « importés » de l’étranger, au moment où le pays s’apprête à fermer temporairement ses frontières et réduire drastiquement ses vols internationaux.

Pour la première fois depuis trois jours, un cas de contamination d’origine locale a été recensé dans l’est du pays, à en croire le bilan officiel.

Cinq décès ont par ailleurs été enregistrés dans le Hubei, l’immense province centrale placée en quarantaine fin janvier et dont les restrictions sont depuis mercredi progressivement levées.

Des frontières fermées

La Chine, d’où est partie en décembre la pandémie mondiale, a parmi ses priorités aujourd’hui d’éviter que le Covid-19 ne revienne sur son sol depuis l’étranger. Le pays compte au total 595 cas « importés ».

Il s’agit en grande majorité (90 %) de Chinois retournant au pays, selon le ministère des Affaires étrangères.

Pékin a annoncé jeudi soir qu’il allait fermer temporairement ses frontières à la plupart des étrangers et réduire drastiquement ses vols internationaux.

Lire aussi Tableaudebord1

La mesure entrera en vigueur samedi à 00H00 locale (vendredi 16H00 GMT).

Ces restrictions ferment la porte du territoire chinois aux touristes et aux étrangers domiciliés en Chine mais actuellement à l’extérieur du pays.

Le pays a par ailleurs annoncé une réduction drastique des vols internationaux, toujours en raison du Covid-19.

A partir de dimanche, une compagnie chinoise ne pourra plus effectuer qu’une seule liaison hebdomadaire depuis la Chine vers un pays tiers. Une compagnie étrangère ne pourra, elle, maintenir qu’une seule desserte par semaine vers la Chine.

Le nouveau coronavirus a contaminé en Chine au moins 81.340 personnes et fait 3.292 morts, selon les données communiquées par les autorités.

Barrage routier

Si les habitants du Hubei peuvent désormais en théorie se rendre ailleurs dans le pays, la levée concrète de tous les blocages aux frontières provinciales fluctue.

Des échauffourées ont ainsi éclaté vendredi sur un pont reliant la petite commune frontalière de Xiaochi (côté Hubei) à la ville de Jiujiang (dans la province limitrophe du Jiangxi), a rapporté le journal officiel Xinjingbao (« Beijing News »).

Craignant l’afflux d’habitants du Hubei dans la gare municipale, des policiers de Jiujiang seraient venus édifier un barrage routier dans la ville d’en face, au point d’en venir aux mains avec leurs homologues locaux, selon le quotidien qui cite un témoin.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont publié des vidéos censées montrer une foule d’habitants locaux en colère, certains renversant des voitures de police.

Une version des faits confirmée à demi-mot à l’AFP par une employée du gouvernement de Xiaochi, laquelle a fait état d’un retour au calme avec la « dispersion » des manifestants.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous