Coronavirus: ces signes d’essoufflements à ne pas négliger pour toutes les tranches d’âge

Coronavirus: ces signes d’essoufflements à ne pas négliger pour toutes les tranches d’âge

Julie A., 16 ans, est décédée à l’hôpital Necker à Paris, elle est la plus jeune victime à ce jour de l’épidémie en France, comme le rappelle La Voix du Nord. « On n’aura jamais de réponse, c’est invivable », a confié sa mère, Sabine. Les tests, d’abord négatif puis positif, car Julie avait « juste une toux », l’hospitalisation et puis ce coup de fil en pleine nuit : « Venez, vite ! »

Pour le directeur général de la Santé en France, le professeur Jérôme Salomon, cette information est « importante, puisque les formes sévères chez les sujets jeunes sont extrêmement rares ». Mais le professeur Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP (hôpitaux de la région parisienne), explique que « même si la population des plus jeunes a un risque individuel extrêmement faible, avec le fait que la population touchée augmente, naturellement il y aura quelques patients très sévèrement atteints parmi les plus jeunes ».

Et de fait, vendredi soir, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a tenu à adresser un message de prévention aux malades « les plus jeunes », ce qui comprenait dans son discours les jeunes adultes mais aussi les adultes entre 40 et 60 ans.

Tout le monde est concerné

« On sait que quand on est une personne âgée, que quand on est une personne fragile, on est très attentif à sa santé », a expliqué Jérôme Salomon. Ce qui est moins le cas « des adultes qui sont peut-être moins attentifs à leur propre état de santé, notamment les adultes jeunes, les adultes entre 40 et 60 ans qui en général supportent bien la fièvre, supportent bien la toux ». Mais pour autant, le directeur général de la Santé enjoint à ne rien négliger et à appeler les secours « au bout de quelques jours de maladie, de difficulté respiratoire, d’une toux de laquelle on a du mal à revenir à un état normal ».

Dès lors qu’une personne « est essoufflée en allant faire quelques pas dans l’appartement, en déplaçant des meubles, en rangeant ses affaires, en préparant le repas… C’est un signe qui doit alerter, qui doit non seulement faire appeler le médecin mais potentiellement appeler les secours si on a du mal à respirer », a rappelé Jérôme Salomon.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous