Espagne, Italie, France…le coronavirus continue ses ravages en Europe

Espagne, Italie, France…le coronavirus continue ses ravages en Europe

Le coronavirus continue ses ravages en Europe, où les pays les plus touchés renforcent leur lutte contre la pandémie qui a déjà fait plus de 30.000 morts dans le monde, alors qu’aux Etats-Unis, Donald Trump a renoncé à boucler New York.

Espagne

Après l’Italie, l’Espagne a décidé samedi de durcir les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 en ordonnant à tous les salariés travaillant dans des secteurs non essentiels de rester chez eux durant deux semaines.

Cette mesure annoncée par le chef du gouvernement Pedro Sanchez intervient alors que le pays a enregistré 832 morts en 24 heures, selon le dernier bilan publié samedi, un nouveau record qui porte le nombre total de décès à 5.690.

« Tous les salariés des activités non essentielles devront rester chez eux durant les deux prochaines semaines », soit jusqu’au jeudi 9 avril, début du week-end de Pâques, a déclaré M. Sanchez. Sont considérées comme activités essentielles la santé, l’alimentation ou l’énergie notamment.

Cette mesure sera approuvée dimanche lors d’un conseil des ministres extraordinaire.

Le but est de réduire encore plus la mobilité et donc la potentielle propagation du virus alors que les Espagnols sont déjà soumis depuis mi-mars à un confinement des plus stricts qui a été prolongé jusqu’au 11 avril.

Jusqu’ici ils ne pouvaient sortir de chez eux que pour travailler si le télétravail n’était pas possible, acheter à manger, se faire soigner ou sortir rapidement leur chien.

Les salariés qui devront rester chez eux à partir de lundi bénéficieront d’un congé rémunéré tandis que leur employeur leur fera récupérer plus tard les heures non travaillées, a expliqué M. Sanchez.

L’Espagne, deuxième pays comptant le plus de morts du Covid-19 dans le monde derrière l’Italie, s’est résolu à suivre l’exemple de ce pays alors que le gouvernement de M. Sanchez avait écarté un tel scénario ces derniers jours.

« Tout ce que je peux offrir c’est du sacrifice, de la résistance et un moral de victoire », a lancé M. Sanchez.

Hormis une inflexion jeudi, le nombre de morts quotidiens ne cesse d’augmenter jour après jour en Espagne.

Le nombre de cas a lui progressé samedi de plus de 8.000 en 24 heures, à 72.248, alors que les autorités ont décidé de pratiquer de plus en plus de tests.

Mais, note positive selon les autorités, le rythme de l’augmentation quotidienne du nombre de cas comme celle du nombre de morts a marqué un ralentissement ces derniers jours.

« Nous arrivons au pic de la courbe » des cas, et « dans certaines zones du pays, nous l’avons probablement dépassé », a jugé le directeur du Centre d’alertes sanitaires, Fernando Simon.

Le nombre de personnes guéries a lui bondi de plus de 30 % en 24 heures à 12.285.

Mais « nous avons toujours un problème important au niveau de la saturation de nos unités de soins intensifs », où sont pris en charge plus de 4.500 patients, a ajouté le Dr Simon.

Italie

La contagion poursuit son lent ralentissement en Italie. « Dans tous les services d’urgences, on enregistre une réduction (des arrivées de patients). Dans quelques-uns, elle est légère, dans d’autres plus marquée », a déclaré Giulio Gallera, le responsable de la santé en Lombardie, la région la plus touchée, dans le nord du pays.

En Italie, des bons alimentaires vont être distribués aux plus démunis, particulièrement touchés par l’arrêt de l’économie italienne, a annoncé samedi soir le Premier ministre, Giuseppe Conte.

Des policiers étaient positionnés devant les supermarchés pour prévenir tout pillage en Sicile, après que des clients ont tenté de sortir d’un supermarché sans payer la nourriture prise, expliquant ne plus avoir d’argent pour en acheter.

France

Le nouveau coronavirus a causé 319 nouveaux décès enregistrés à l’hôpital en 24 heures en France, portant le bilan à 2.314 morts depuis le début de la pandémie, selon les chiffres publiés samedi sur le site du gouvernement.

Selon ce dernier bilan qui porte à 37.575 le nombre de cas confirmés dans le pays, 17.620 patients sont hospitalisés (+ 1.888) dont 4.273 en réanimation, soit un nouvel afflux de 486 personnes en une seule journée.

Le nombre de morts annoncé ne concerne que les patients décédés dans les hôpitaux et les véritables chiffres de mortalité ne sont pour l’instant pas connus.

Grâce à un nouveau système de surveillance mis en place ce week-end, les autorités devraient toutefois pouvoir la semaine prochaine donner des chiffres de mortalité dans les établissements pour personnes âgées.

Les déclarations de décès à l’état civil permettront également d’évaluer la surmortalité, avec un décalage.

Selon le directeur général de la Santé, sur la semaine dernière, une surmortalité de 6 % a été observée au niveau national. Mais le chiffre national cache des disparités régionales, alors que toutes les régions ne sont pour l’instant pas touchées de la même façon.

Pour tenter d’enrayer la propagation, les autorités ont annoncé la poursuite du confinement – entré en vigueur le 17 mars – de la population pendant au moins deux semaines supplémentaires, jusqu’au 15 avril

En France, le gouvernement a commandé un milliard de masques et compte passer à 14.000 lits en réanimation contre 5.000 initialement.

Royaume-Uni

Le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson a écrit une lettre aux Britanniques, les exhortant à rester chez eux afin d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

« Il me faut être franc avec vous – nous savons que les choses vont s’aggraver avant de s’améliorer », écrit le Premier ministre dans une lettre publiée par Downing Street. La missive doit être envoyée à 30 millions de ménages cette semaine.

« Nous nous préparons bien. Au plus vous suivrez les règles, au moins nous perdrons de vies et au plus vite vous pourrez retourner à une vie normale », martèle Boris Johnson.

« En cette période d’urgence nationale, je vous prie instamment de rester à la maison, de protéger le NHS (le service de santé national, NDLR) et de sauver des vies », poursuit-il.

Les règles de distanciation sociale doivent être respectées, prévient Boris Johnson, qui a lui-même contracté le coronavirus. « Si les mesures sont enfreintes, la police infligera des amendes et dispersera les rassemblements. »

Le Royaume-Uni compte désormais plus de 1.000 morts pour 17.000 contaminations au coronavirus.

Le Premier ministre, atteint de symptômes modérés comme de la température et une toux persistante, s’est isolé et travaille depuis chez lui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous