Le coronavirus se propage deux fois moins vite que la semaine dernière en Belgique (infographies)

Le coronavirus se propage deux fois moins vite que la semaine dernière en Belgique (infographies)

Les chiffres de dimanche matin permettant de faire un point quotidien sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique sont tombés.Le nombre de malades infectés par le Covid-19 aujourd’hui hospitalisés est en hausse (4.138, soit 421 de plus en 24 heures). Idem pour le nombre de patients actuellement alités en soins intensifs (867, soit 78 de plus que la veille). Mais la bonne nouvelle, c’est que la vitesse à laquelle ce bilan évolue semble bel et bien ralentir.

Depuis le début de la crise, on craint une croissance exponentielle de ce paramètre. Ce qui risquait d’être le cas si aucune mesure n’avait été prise pour limiter la propagation du virus. En mathématiques, parler d’une progression exponentielle revient à dire que le nombre de patients hospitalisés est multiplié par un même facteur chaque jour. Ou que le temps qu’il faut pour que double le nombre d’hospitalisations est toujours le même. Or on voit que ce «temps de doublement» s’allonge petit à petit, ce qui est bon signe.

Dimanche dernier (22 mars), sur base de la semaine écoulée, on pouvait conclure que le nombre d’hospitalisations en soins intensifs doublait tous les 2,2 jours. Un rythme extrêmement rapide et inquiétant. Une semaine plus tard, en répétant ce même calcul sur la semaine qui s’achève, on constate qu’il faut désormais 4,4 jours pour que double le nombre de lits occupés par des patients Covid-19 aux soins intensifs. On a donc divisé par deux le rythme de progression du virus. Ce qui est vraisemblablement dû aux premières mesures de confinement annoncées le 12 mars dernier.

Une tendance à confirmer

Si l’on calcule ce temps de doublement sur les 3 derniers jours (au lieu de la semaine), on observe même qu’il faut 5,8 jours pour que double le nombre de malades aux soins intensifs. Cette tendance est à confirmer avec les chiffres des prochains jours, mais ceci pourrait être les premiers résultats du confinement bien plus strict imposé le 17 mars. Petite précaution d’usage: il y a parfois un effet «week-end» dans les chiffres, que la moyenne sur 7 jours permet d’annuler. Pas celle sur trois jours.

Ajoutons tout de même que, même si le rythme de croissance ralentit, on est toujours bien dans la phase ascendante de l’épidémie. On ne passera le fameux «pic» que lorsque le nombre total de personnes hospitalisées commencera à diminuer. Ce qui n’est pas encore le cas.

Notons encore que le nombre de morts sur le territoire belge s’est alourdi de 78 unités, pour atteindre les 431 décès. Il faudra plus de temps encore pour que les effets du confinement soient visibles sur le bilan des décès, qui double tous les trois jours chez nous. A ce rythme, le bilan belge pourrait franchir le cap des 1.000 morts d’ici 4 ou 5 jours.

Retrouvez sur Le Soir+ tout ce qu’il faut retenir de ce nouveau bilan

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous