Coronavirus: «La semaine qui vient sera cruciale», selon un médecin belge

Coronavirus: «La semaine qui vient sera cruciale», selon un médecin belge

Je pense que ça va être la semaine de la vérité. Mais c’est un marathon, pas un sprint, donc nous devrons être craintifs à tout moment. Il y aura des semaines de vérité, mais c’est une des grandes semaines ». C’est ce que Geert Meyfroidt, président de la Société belge de médecine intensive, a déclaré lundi dans « De Ochtend » sur Radio 1.

Quand ce pic arrivera-t-il exactement ? C’est l’une des questions les plus fréquemment posées ces jours-ci. « C’est très difficile. Partout en Belgique, nous constatons que la courbe s’infléchit un peu, que la croissance est plus lente. Cela donne de l’espoir, mais n’est pas une certitude. Au même prix, il y a un virage dans l’autre sens. Mais les modèles les plus fiables prévoient toujours un pic au début du mois d’avril. C’est pourquoi la semaine qui vient sera cruciale, également pour voir si nous devons encore augmenter la capacité », déclare Geert Meyfroidt, lui-même médecin à l’UZ Leuven.

Il y a actuellement un peu plus de 4.000 patients atteints du COVID-19 à l’hôpital, dont 867 sont en soins intensifs. « Il y a encore beaucoup de place dans toute la Belgique », assure Meyfroidt. « Mais il y a des régions où il y a des épidémies locales et où les hôpitaux reçoivent un nombre disproportionné de patients ». Pensez au Limbourg. « Le Limbourg est surchargé, ils commencent à envoyer à Diest, Tirlemont et Louvain. C’est pourquoi Louvain a été très occupée, il y a eu une montée rapide ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous