Accueil Opinions Cartes blanches

«Coronavirus: un Green Deal pour faire face aux urgences pandémique, économique, sociale et écologique»

La pire des options serait une relance du système économique et social préexistant à la pandémie de coronavirus, dans une obsession de croissance du PIB. L’idée d’un lancement d’une plateforme belge de réflexion est dans l’air…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Ce n’est pas la première fois que des sociétés humaines au bord du gouffre, frappées par une conjonction historique de crises, ne peuvent se relever qu’en se métamorphosant massivement. Face à la pandémie de coronavirus, face au krach financier le plus intense et le plus rapide jamais vu, face à l’arrêt total de l’économie, face au risque de faillite, de chômage et de précarité de masse, face au populisme et à la menace d’état d’exception, une réponse démocratique décisive peut être initiée en 100 jours, comme aux Etats-Unis, confrontés à la Grande Dépression à partir de 1929. Un Green New Deal européen décliné et amplifié au niveau de toutes les entités fédérées de la Belgique peut aujourd’hui contribuer à résoudre conjointement cette conjonction de crises, avec cohérence et efficacité. Pour l’initier, il faudra oser briser les tabous d’une pensée économique fossile et transgresser les impossibles d’une politique des petits pas.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Naeije Robert, lundi 30 mars 2020, 20:34

    "Pour retrouver l’attitude moderne issue des Lumières, nous devons oser interroger et dépasser les bornes de notre imaginaire illimité afin de respecter les limites du monde et des humains" Eh bien... La confusion de cette proposition n'est pas vraiment issue des Lumières! Plus prosaîquement, on a bien compris que les signataires de ce texte cherchent à profiter d'une épidémie grave pour promouvoir un agenda politique. Ils ne sont pas les seuls. C'est moralement détestable.

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs