Coronavirus: le coup de gueule des maisons de repos bruxelloises

Coronavirus: le coup de gueule des maisons de repos bruxelloises
Belga

Le secteur des maisons de repos a demandé le 17 mars dernier que ces institutions bénéficient, dans les trois Régions, d’une priorité tant dans le matériel de protection que de dépistage mais aussi de la mobilisation du personnel face à la pandémie du coronavirus. Deux semaines après, rien n’a changé. Les résidents et le personnel des maisons de repos se sentent à l’abandon, ont dénoncé lundi les Fédérations des 19 CPAS de la capitale, et des Maisons de Repos Femarbel.

Dans la seule capitale, les maisons de repos concernent directement pas moins de 23.000 personnes : 13.000 résidant(e)s, et 10.000 travailleurs(euses), essentiellement des femmes.

Selon la Fédération des CPAS et Femarbel, Iriscare a œuvré efficacement à une livraison de masques chirurgicaux, mais celle-ci n’est pas suffisante dans la lutte contre la pandémie. Il faut des masques FFP2, des gants, tabliers, lunettes, voire des visières. Des formations urgentes au bon usage de ce matériel en maison de repos sont indispensables.

« Dans les maisons de repos bruxelloises, le Covid-19 risque de devenir une bombe à retardement », a ajouté la présidente de la Fédération des CPAS, Karine Lalieux (PS), sur le même ton que Femarbel.

Le risque d’une mortalité grandissante

Pour les deux organisations, si cela continue, une mortalité grandissante va survenir dans les maisons de repos où le coronavirus a été importé. Des mesures drastiques s’imposent pour l’éviter. La Wallonie a requis dimanche que les résidents nouvellement admis au retour de l’hôpital présentent au moins un certificat de non-contagion. Une mesure équivalente doit être prévue à Bruxelles, au retour de l’hôpital.

« Le personnel de nos maisons, touché par un taux d’absentéisme de plus en plus important, doit recevoir dans les meilleurs délais le matériel de protection indispensable pour préserver tout un chacun et accompagner le cas échéant des résidents covid 19 : masques FFP2, tabliers, lunettes, visières », ont ajouté les deux Fédérations.

Le secteur a demandé une forme de priorité pour le dépistage vu le risque de létalité des résidents. « Les maisons de repos doivent avoir une priorité pour le matériel de dépistage et ce pour l’ensemble de son personnel égale à celle des hôpitaux », ont ajouté la Fédération des CPAS bruxellois et Femarbel.

De la créativité

Celles-ci prônent la créativité pour mobiliser le personnel nécessaire (élargir le temps de prestations des temps partiels ; conversion de réductions de temps de travail en prime ; mobilisation du personnel d’autres services ; mobilisation du personnel étudiant qualifié en soins ; repas voire une prime de risque pour le personnel prestant ; mobilisation des travailleurs titres-services au chômage pour la logistique).

Aux yeux des deux associations-coupoles, le débat autour de l’élargissement de structures intermédiaires à créer notamment avec l’armée et la Croix-Rouge pour désengorger les hôpitaux en cas de saturation doit être élargi à l’accueil d’une partie des patients Covid 19 ne pouvant directement rentrer à leur domicile ou en maison de repos.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous