Thomas Meunier, le défenseur des Diables rouges, arrive en fin de contrat au PSG: «Ça ne peut pas être un mauvais achat pour les clubs»

photo news
photo news

Les temps sont durs pour les sportifs. Confinés à domicile, ils tentent de conserver la forme vaille que vaille malgré cette pandémie de coronavirus qui touche la planète. Thomas Meunier, le Diable rouge actif au Paris Saint-Germain, s’est exprimé, via un Insta Live de la RTBF, sur cette situation pour le moins unique. « Je trouve ça très agréable étonnement, car la saison était très chargée », révèle le défenseur des Diables rouges. « On n’était presque jamais à la maison. Donc voir mes enfants, c’est une bénédiction, je prends beaucoup de plaisir à rester à la maison à Paris. Il suffit de rester à la maison pour tenter de retenir cette pandémie. Il faut que les gens prennent conscience que c’est important de rester à la maison. On a des programmes individuels fournis par le PSG. J’ai aussi investi dans un vélo et un tapis de course pour faire du sport à la maison. J’ai un peu de matos pour faire de l’entretien. Un jour sur deux, je cours et l’autre jour je fais du renforcement musculaire. »

« J’espère que l’on reprendra à la mi-mai »

Si, pour l’heure, la priorité est au confinement, Meunier espère qu’il pourra prendre les compétitions dans quelques semaines. « Les championnats veulent tous aller dans le même sens. Même jouer à huis clos, ça rapporte de l’argent. Je pense que ça va se refaire petit à petit. J’espère que, pour la mi-mai, on pourra reprendre notre premier match et avancer. Car s’il faut tout annuler, ce sera une saison dans le vide et cela risque d’avoir des répercussions pour tout le football. »

En fin de contrat l’été prochain au PSG, Meunier ne sait pas encore de quoi son avenir sera fait et répond d’ailleurs aux rumeurs qui l’envoyaient dans divers clubs européens (Dortmund, Inter, Tottenham). « Un joueur libre, international, qui joue dans l’équipe N.1 mondiale et qui a 28 ans, ça ne peut pas être un mauvais achat, même si je chope une gangrène et que je perds une jambe. Les clubs n’ont pas grand-chose à perdre au niveau de l’investissement, et je pense qu’ils le savent. Ils ont tout à gagner. Après, mon objectif, c’est toujours de rester à Paris, mais pour l’instant c’est assez calme. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous